Jusqu’à présent, les frênes existant sur le territoire de Magog semblent avoir été épargnés par l’agrile.

Magog adopte des mesures pour contrer l’agrile du frêne

Tout comme plusieurs autres municipalités au Québec, la Ville de Magog prend des mesures afin de limiter la propagation de l’agrile du frêne et, par conséquent, les effets que cet insecte ravageur pourrait avoir sur la végétation.

Jusqu’à présent, les frênes existant sur le territoire de Magog semblent avoir été épargnés par l’agrile. Mais la Ville de Magog considère important d’agir dès maintenant pour éviter de se retrouver en situation de crise.

« Nous avons choisi d’éliminer graduellement les frênes sur les terrains publics puisque nous savons qu’il est pratiquement inévitable qu’ils soient attaqués à moyen terme. Nous souhaitons ainsi répartir les coûts d’abattage sur une plus longue période et prévenir le déboisement des espaces verts en cas d’infestation massive », indique la mairesse de Magog, Vicki-May Hamm.

Une cinquantaine d’arbres se trouvant sur les terrains publics seront abattus entre octobre et mars prochains. Ils seront remplacés par des arbres de gros calibre de variétés diverses « adaptées aux conditions de chaque site ».

En ce qui concerne les propriétaires privés, ils seront soumis à une nouvelle réglementation qui entrera en vigueur le 4 juillet prochain. Cette dernière interdit notamment de planter de nouveaux frênes et autorise l’abattage de ce type d’arbre uniquement entre les 1er octobre et 15 mars.

De plus amples informations au sujet des frênes et de l’agrile sont disponibles sur le site internet de la Ville. On les trouve plus précisément à l’adresse internet suivante : ville.magog.qc.ca/agrile.