Diane Pelletier

Magog : Diane Pelletier n’a pas le sentiment d’être allée trop loin

Malgré que certains de ses propos en assemblée publique ont fait réagir, la conseillère municipale Diane Pelletier n’a pas le sentiment d’être allée trop loin en s’exprimant au sujet du controversé dossier du Lovering Biergarten.

Lors de l’assemblée du conseil municipal de Magog du 19 mars, Mme Pelletier a expliqué pourquoi elle s’opposait à la tenue d’un registre au sujet de ce projet de terrasse avec jeux que proposaient les promoteurs Emmanuelle Ouimet et Ian Jeffrey. Ce qu’elle a dit à ce moment pouvait prêter à interprétation, selon la mairesse de Magog, Vicki-May Hamm.

« Ma décision s’appuie également sur les nombreux commentaires reçus de personnes contre. Je vous dirai que ce ne sont pas des personnes qui s’expriment normalement par Facebook et ce sont des citoyens réfléchis qui ont une image différente du développement de Magog, des gens dont le message doit être porté au conseil », a déclaré la conseillère municipale.

Diane Pelletier assure qu’elle n’a jamais voulu insinuer que les utilisateurs de Facebook ne sont pas des personnes réfléchies. « C’est leur problème si des gens ont compris ça. Ce n’est pas ce que j’ai voulu dire », note-t-elle.

En dépit de sa mise au point, Mme Pelletier laisse entendre que les médias sociaux présentent des limites lorsqu’il s’agit de débattre de sujets en profondeur. « C’est plus rapide dans ce type d’environnement », remarque-t-elle, avant de concéder qu’on peut néanmoins se montrer réfléchis sur Facebook et autres.

Dans la foulée, elle ajoute que les débats publics prennent parfois une couleur et une tournure bien particulières, ces années-ci, en raison de l’existence des médias sociaux.

Notons que la mairesse de Magog, Vicki-May Hamm, croit que certains conseillers municipaux auraient avantage à faire preuve de plus de retenue lors de leurs interventions en assemblée publique. Elle cible Bertrand Bilodeau, Samuel Côté, Jean-François Rompré et Diane Pelletier.

En outre, Bertrand Bilodeau s’en est pris directement à un citoyen qui lui reproche aujourd’hui d’avoir tenu des propos mensongers à son sujet. Quant à Samuel Côté, il a présenté des excuses après avoir prétendu que les Magogois accueillent souvent mal les nouveaux projets d’affaires. « Je ne crois pas que mes commentaires étaient de la même nature que les leurs », affirme Mme Pelletier.