Lyne Bessette compte bien devenir une députée impliquée et près des gens de sa circonscription.

Lyne Bessette: d’athlète olympique à députée

« Petit jogging tranquille » et détente au spa, entrecoupés de quelques entrevues. Voilà comment la nouvelle députée de Brome-Missisquoi, Lyne Bessette, a occupé sa journée de mardi, au lendemain d’une course électorale fort enlevante.

« C’est sûr qu’il y a de la fatigue accumulée. Il faut que je me refasse une petite santé psychologique après tout le stress de la campagne. Ça ne prendra pas six semaines à m’en remettre ; d’après moi, je vais être bien reposée dans deux jours ! », mentionne d’emblée l’athlète qui a accordé une entrevue à La Voix de l’Est alors qu’elle foulait le sol de sa circonscription au pas de course.

À LIRE AUSSI: Lyne Bessette victorieuse au terme d’un duel serré dans Brome-Missisquoi

Des « montagnes russes » pour Allard

Malgré un horaire de députée qui s’annoncera très chargé dès cet automne, pas question pour la nouvelle politicienne de ralentir la cadence côté entraînement. « Le corps et le cerveau fonctionnent mieux. Je connais des gens qui ont des jobs à temps plein et qui s’entraînent en même temps pour faire un Iron Man, illustre Mme Bessette. Ça ne m’énerve pas du tout de me lever à 5 h du matin pour aller faire une heure de jogging. Pendant la campagne, ça m’arrivait même de me lever à 4 h 30 ! C’est mon rythme de vie. »

On pourrait dire que l’histoire se répète, quasiment un an jour pour jour après l’élection provinciale, alors qu’une athlète olympique succède à l’un des frères Paradis dans la magnifique circonscription des Cantons-de-l’Est.

Mais les comparaisons avec la caquiste Isabelle Charest s’arrêtent là, alors que Lyne Bessette, qui a misé sur ses origines locales pour l’emporter, compte rapidement faire sa marque comme députée fédérale.

« Je suis contente, je suis fière et je suis satisfaite, réagit la nouvelle députée. J’ai la chance d’avoir une équipe extraordinaire derrière moi ; ces gens qui ont travaillé fort pour moi et maintenant, ma victoire leur revient aussi. »

Pourtant, les résultats n’auguraient rien de bon pour la libérale au début du dépouillement des votes, lundi soir. Les premières boîtes de scrutin donnaient une forte avance à la bloquiste Monique Allard, si bien qu’en milieu de soirée, celle-ci cumulait 10 % de voix de plus que la cycliste.

L’écart s’est ensuite mis à fondre, un point de pourcentage à la fois. Une fois l’égalité atteinte, les appuis de la libérale l’ont menée en tête, mais pas assez pour crier rapidement victoire.

Une lutte très serrée s’est ensuite déroulée entre les deux candidates, loin devant tous leurs autres adversaires, une lutte qui s’est soldée en toute fin de soirée par une avance insurmontable de 2366 voix.

« J’ai vécu du stress au début de la campagne électorale, mais hier [lundi], j’étais zen. Rendue au jour du vote, je n’avais plus le contrôle sur la suite des choses, c’était aux citoyens de décider. J’étais relativement calme jusqu’à ce que le décompte commence ! »

Certes, Lyne Bessette ne peut pas éviter les comparaisons entre ses deux carrières. « C’est évident que je vois tout ça comme une course, concède-t-elle. Ça se ressemble : tu vis des stress, tu travailles fort et tu vises la première place. Par contre, en vélo, gagner une course représente beaucoup d’années d’entraînement alors que là, je viens tout juste d’arriver en politique ! »

« Aujourd’hui, beaucoup de gens m’ont salué et m’ont félicité pour mon élection, raconte l’athlète. C’est une belle journée de reconnaissance et je la savoure. Ce n’est pas tous les jours qu’on est élue ! »

Apprivoiser la députation

Après une période de repos pour se remettre de la montagne russe d’émotions que lui a fait vivre la campagne électorale, Lyne Bessette apprivoisera son nouveau rôle de députée.

« On m’a dit de faire attention, que la politique est un milieu difficile, mentionne l’élue. Je vais prendre le temps d’étudier tout ça tranquillement. Je vais bien me préparer et bien m’entourer. »

Pour l’instant, elle ignore quelle sera la suite des choses. Elle attend des nouvelles du Parti libéral du Canada pour se rendre à Ottawa, où elle sera assermentée dans quelques semaines.

« Je vais prendre part à plusieurs rencontres pour voir comment mon équipe et moi on va s’organiser. Déjà, Marie-Claude Bibeau [ndlr : la députée libérale de Compton-Stanstead et ministre sortante de l’Agriculture] s’est déjà offerte pour nous donner un gros coup de main. »

La députée de Brome-Missisquoi pourra aussi compter sur son prédécesseur. « Denis [Paradis] est toujours au bout du fil, indique-t-elle. Il m’a dit qu’il serait là n’importe quand si j’ai besoin de lui. »

Une fois bien installée dans ses nouvelles fonctions, la cycliste compte rapidement s’atteler à la tâche.

« J’ai vraiment hâte ! , lance-t-elle. La campagne, c’est une partie qu’on n’a pas le choix de passer à travers, et c’est une période tellement intense. Heureusement, j’ai rencontré du monde extraordinaire ! À partir de maintenant, on va pouvoir prendre le temps d’étudier chaque dossier et d’aider les citoyens. »

L’ancienne cycliste assure d’ailleurs qu’elle compte bien devenir une députée impliquée et près des gens de sa circonscription. « Je tiens à dire aux gens qui n’ont pas voté pour moi que je serai quand même là pour les représenter, annonce-t-elle. Mon travail ce sera d’être la voix de tous les citoyens de Brome-Missisquoi. »