Si tout fonctionne comme le souhaitent les promoteurs Ian Jeffrey et Emmanuelle Ouimet, le Lovering Biergarten sera aménagé à l’angle des rues Principale et Merry, à Magog, sur un terrain où prennent actuellement place de larges panneaux annonçant la réalisation prochaine de travaux majeurs au centre-ville.

Lovering Biergarten: Pelletier déplore un manque de vision

Baptisé Lovering Biergarten, le projet présenté par les promoteurs Emmanuelle Ouimet et Ian Jeffrey ne plaît guère à la conseillère municipale Diane Pelletier, qui a été coprésidente du comité de revitalisation du centre-ville de Magog durant quelques années.

Mme Pelletier ne critique pas le projet des deux promoteurs sur le fond. Cependant, elle soutient que celui-ci « ne cadre pas avec ce que le milieu a décidé de faire pour revitaliser le centre-ville ».

Lire aussi: Les élus de Magog ne s’entendent pas

Hamm perçoit un vent favorable

« Je ne comprends pas comment un projet qui rappelle la vie au chalet pourrait avoir sa place à un carrefour où passent autant de voitures tous les jours. Je ne suis pas sur le comité consultatif en urbanisme de la Ville de Magog, mais je considère qu’au plan urbanistique ce n’est pas souhaitable », explique la conseillère municipale.

Diane Pelletier va plus loin encore en affirmant que la Ville de Magog « n’a pas de ligne directrice pour le développement du centre-ville ». Elle ajoute que la proposition d’aménager un « beer garden » à l’angle des rues Principale et Merry n’a émergé que tout récemment. « Ce n’est pas à trois ou quatre mois d’avis qu’il faut arriver avec ce genre de proposition », estime-t-elle.

D’autre part, la conseillère municipale déplore que le Lovering Biergarten ne serait ouvert qu’en période estivale. « Ça n’amènerait pas de l’activité sur toute l’année. Ce serait donc assez semblable à ce qu’offre le Liquor Store. »

Recommandation du CCU

Si ce projet ne fait pas l’unanimité au conseil municipal de Magog, sa réalisation a néanmoins été recommandée par le comité consultatif en urbanisme (CCU). La nouvelle présidente du CCU, Nathalie Bélanger, précise d’ailleurs que la recommandation avait été endossée unanimement par les membres de ce comité.

« Au CCU, plusieurs trouvaient que l’endroit choisi pour installer le Lovering Biergarten n’était pas le meilleur, mais les membres du comité se disaient que ce projet était avant-gardiste et qu’il contribuerait à remplir un terrain vacant », confie Mme Bélanger.

La présidente du CCU note que le comité a arraché certaines concessions aux deux promoteurs. « On a essayé d’obtenir des améliorations au plan visuel, remarque-t-elle. On a demandé un revêtement de bois sur le conteneur qui leur servira de bâtiment, davantage de verdure sur le terrain et une clôture plus basse autour. Et ils ont accepté. »

Quoi qu’il en soit, Nathalie Bélanger se montre déçue de la tournure prise par le dossier. La moitié des conseillers municipaux de Magog s’opposent à la concrétisation du projet et des citoyens paraissent déterminés à forcer son abandon. « C’est trop facile, je trouve, de bloquer des choses présentées par des promoteurs en ce moment. Moi, je pense qu’il faudrait aller jusqu’au référendum pour en avoir le cœur net », lance-t-elle.

Rappelons que les citoyens du secteur où s’implanterait le Lovering Biergarten peuvent demander à la Ville d’ouvrir un registre pour inviter cette dernière à organiser un référendum, un type de consultation qu’on effectue rarement en sol magogois.