Le Lovering Biergarten serait aménagé sur un terrain vacant situé à l’angle des rues Principale et Merry, à Magog.

Lovering Biergarten : Hamm perçoit un vent favorable

Les commentaires entendus lors de la consultation publique de mardi n’ont pas ébranlé la mairesse Vicki-May Hamm, laquelle continue de croire que le projet baptisé Lovering Biergarten reçoit l’appui d’une majorité à Magog.

« Je constate que la population est divisée, indique Mme Hamm. Je comprends la situation. Grâce à la consultation publique toutefois, les gens ont maintenant une meilleure compréhension du projet présenté. Et je pense que la population reste majoritairement favorable. »

Lire aussi: Le Lovering Biergarten divise à Magog

Le Lovering Biergarten serait aménagé sur un terrain vacant situé à l’angle des rues Principale et Merry, à Magog. Le commerce posséderait une large terrasse avec des jeux de fer et de pétanque de même que des tables à pique-nique. Des conteneurs maritimes seraient transformés en bâtiment pour offrir les services.

Visiblement décidée à défendre ce dossier, Vicki-May Hamm note que certains arguments émis par des opposants ne pourront être pris en compte au moment de la décision finale.

« Le fait que cet établissement va créer une nouvelle concurrence pour les commerces déjà établis, ça ne peut pas être un argument valable. Pourquoi? Simplement parce que, si on refuse ce projet, un restaurant pourrait venir s’installer au coin Merry-Principale n’importe quand et sans même avoir à demander un changement de zonage », explique Mme Hamm.

La mairesse ajoute que la question de la circulation n’est pas davantage un argument valable, puisque tout projet à l’angle Merry-Principale aurait un impact à ce chapitre.

« D’autre part, des gens ont dit que le Lovering Biergarten ne cadrerait pas bien avec le projet de revitalisation du centre-ville. C’est leur opinion et ça demeure une question d’appréciation. Il y a d’ailleurs des gens qui pensent le contraire », fait valoir Vicki-May Hamm, en laissant entendre que ce type d’argument aussi n’a pas une grande valeur.

Alimenter la grogne

Entretenant des liens étroits avec plusieurs gens d’affaires, Mme Hamm ne croit pas que les commerçants du centre-ville soient en grande majorité opposés à ce que proposent les promoteurs Ian Jeffrey et Emmanuelle Ouimet. « Je leur parle et je sais quelle est la position des commerçants », lance-t-elle.

Elle soutient cependant que la récente tournée de la conseillère municipale Nathalie Pelletier, dans le secteur du centre-ville, a alimenté la grogne des commerçants. « Elle a fait ça de bonne foi, d’après moi. Mais ça a eu un impact défavorable », lance-t-elle.

La principale intéressée répond que, en effectuant cette tournée au centre-ville, elle a simplement fait son travail de conseillère municipale. « Les gens sont très occupés et n’ont pas toujours le temps de bien s’informer. Je considère que ce projet est très particulier alors j’ai voulu m’assurer que tout le monde avait l’information. C’était donc de la prévention », indique Mme Pelletier.

Sans afficher une opposition claire et assumée, la conseillère municipale émet de sérieuses réserves à l’égard de ce que projette le couple de promoteurs. « C’est loin de faire l’unanimité à cet endroit. Le conseil se devra d’écouter les gens », conclut-elle.

Les promoteurs Ian Jeffrey et Emmanuelle Ouimet souhaitent réaliser un projet « extrêmement beau et léché au centre-ville de Magog ».

« C’est encore très positif »

Le couple de promoteurs derrière le projet de beer garden au centre-ville de Magog demeure confiant que sa proposition pourra recevoir l’aval du conseil municipal.

« J’ai entendu les commentaires des citoyens, mardi soir, et je trouve que c’est encore très positif, affirme Ian Jeffrey, un des deux promoteurs. Et puis, vous savez, je m’attendais à de l’opposition. C’est un projet différent et, souvent, ce genre de chose rend les gens plus réticents. »

M. Jeffrey ajoute que la clientèle visée était peu représentée dans la salle du conseil municipal de Magog lors de la consultation publique de mardi. « On cible les gens un peu plus jeunes et les familles », note-t-il.

S’il affiche encore une grande confiance, le promoteur admet néanmoins que les résultats du sondage en ligne lancé par la Ville de Magog mériteront d’être analysés. « Ça nous en dira beaucoup. »

Par ailleurs, Ian Jeffrey assure que sa conjointe, Emmanuelle Ouimet, et lui-même souhaitent « faire du Lovering Biergarten un lien extrêmement beau et léché ». Il assure que le projet n’aurait pas un impact visuel négatif sur le secteur où il serait implanté au centre-ville.

« La construction d’un édifice imposant et pas très beau sur le terrain qu’on a choisi serait une chose bien pire, prétend-il. D’après moi, les gens qui iront visiter la maison Merry auront le goût de venir chez nous. »