Le tracé proposé partira du poste des Appalaches, à Saint-Adrien d’Irlande, dans la région de Thetford Mines, et prévoit franchir le point de traverse de la frontière canado-américaine, entre le Québec et le Maine, en passant successivement par les municipalités de Stratford, Stornoway, Saint-Romain, Nantes, Sainte-Cécile-de-Whitton et Frontenac.

Lignes Appalaches-Maine : Hydro-Québec lance les consultations

LAC-MÉGANTIC — La société Hydro-Québec lance les consultations autour de son projet de ligne d’interconnexion électrique Appalaches-Maine. Elle présentera le tracé prévu pour cette ligne, après des discussions avec des organismes, des représentants municipaux et des ministères provinciaux, depuis le printemps 2018.

Deux rencontres sont au programme. La première aura lieu à Thetford Mines, mardi 4 décembre, de 14 h à 20 h, à l’hôtel La cache du Domaine. La seconde se tiendra aux mêmes heures le lendemain, 5 décembre, au Centre sportif de Lac-Mégantic.

« Nous en sommes à retourner consulter le milieu, après plusieurs expertises recueillies qui nous ont fourni beaucoup d’informations, selon des critères techniques concernant l’ingénierie, l’environnement, la compréhension du milieu, pour une rétroaction. D’où nos deux portes ouvertes sur le projet, les 4 et 5 décembre, où nous pourrons répondre aux questions des gens et les rassurer quant à leurs inquiétudes », a indiqué Lynn St-Laurent, conseillère stratégique aux communications chez Hydro-Québec.

Le tracé choisi doit passer par les limites de lots et rester à bonne distance des espaces densément peuplés tout en évitant les érablières, les milieux humides et les habitats fauniques reconnus. Enfin, les concepteurs ont tenté de favoriser l’insertion de la future ligne dans le paysage en évitant les sommets, où elle serait plus visible.

Ce tracé, à partir du poste des Appalaches, à Saint-Adrien d’Irlande, dans la région de Thetford Mines, prévoit franchir le point de traverse de la frontière canado-américaine, entre le Québec et le Maine, en passant successivement par les municipalités de Stratford, Stornoway, Saint-Romain, Nantes, Sainte-Cécile-de-Whitton et Frontenac.

Ligne élargie

La ligne électrique existante, de Stratford à Nantes, sera élargie de 25 m pour partager ainsi son corridor et minimiser les impacts, notamment au chapitre du déboisement requis et avec une nouvelle famille de pylônes moins larges.

Ce tracé pourra varier, selon les réactions de la population lors de ces deux « portes ouvertes ». « Les tracés pourront être optimisés, dans un esprit de respect du processus et de la communauté, comme c’est le cas à chaque étape importante… par des atténuations et des mesures visant à réduire l’empreinte environnementale », continue Mme St-Laurent. « Au sujet du tracé de la voie de contournement, nous l’avons exclue parce qu’elle était défavorisée quant à ces critères. »

Un citoyen « impacté » par le tracé de la voie de contournement ferroviaire, Sylvain Côté, propriétaire d’une érablière d’importance, entend assister à la rencontre du 5 décembre. « Je n’ai pas été contacté par Hydro-Québec, mais je vais entailler des érables sur un terrain voisin de la ligne électrique existante. On n’a pas beaucoup d’informations et on n’a vu personne quand ils ont documenté et envisagé suivre le tracé de la voie de contournement ferroviaire. Hydro-Québec veut passer la nouvelle ligne électrique au nord de la voie de contournement routière, selon leurs critères… Si c’est bon pour Hydro-Québec, cela devrait être bon pour la voie de contournement ferroviaire, qui devrait passer, elle aussi, au nord de la voie de contournement routière. »

Robert Bellefleur, porte-parole de la Coalition de citoyens et organismes engagés pour la sécurité ferroviaire à Lac-Mégantic, s’interroge à propos du tracé choisi.

« Est-ce que cela ne serait pas souhaitable que les deux infrastructures se construisent ensemble, ce qui serait plus satisfaisant pour les gens de la rue Laval-Nord et de Frontenac? Pourquoi la ligne électrique ne serait-elle pas enfouie plutôt que visible? Il y aurait moins d’impacts à plusieurs égards si les deux projets étaient jumelés », se questionne-t-il.