Ligne souterraine : une économie insuffisante, selon Hydro

Une ligne souterraine qui longerait les chemins forestiers du mont Hereford coûterait 5 M$ de moins qu'en suivant les voies publiques, la seule option qu'Hydro-Québec a présentée devant le Bureau d'audiences publiques en environnement (BAPE).  Mais cette économie est jugée insuffisante pour retenir cette option plutôt qu'une ligne aérienne sur la totalité du tracé québécois pour le projet Northern Pass.
L'étude présentée par Hydro-Québec révèle qu'au lieu de perturber la circulation sur des routes achalandées sur une distance de 18 km, cette autre option limiterait l'empiétement sur seulement sept km.
C'est  l'un des facteurs qui feraient baisser les coûts de construction d'une ligne souterraine de 92,3 à 87,4 M $, à condition de ne pas frapper trop de roc en montagne.
Pour Hydro-Québec, un excédent de coûts de 60 M $ par rapport à la ligne aérienne projetée demeure un écart trop importante.
Pendant que la société d'État se justifiait sur la place publique, la coalition SOS Mont Hereford organisait une table ronde à Montréal où  de trois experts s'est montré cinglant à l'endroit d'Hydro-Québec.
Selon l'architecte paysagiste Marie-Claude Robert, loin de constituer le meilleur tracé, celui qu'Hydro-Québec persiste à défendre est une « vision bas de gamme ».