Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.

L’Estrie citée en exemple pour avoir réussi son passage en zone orange

Marie-Christine Bouchard
Marie-Christine Bouchard
La Tribune
Article réservé aux abonnés
Les régions de l’Estrie, de la Mauricie et du Centre-du-Québec ont été citées par le premier ministre François Legault comme des régions qui avaient bien réussi leur passage en zone orange depuis le 8 mars dernier.

Le premier ministre a mentionné lors de sa conférence de presse habituelle du mardi que la région de Québec, la Beauce, le Bas-Saint-Laurent, le Lac-Saint-Jean et l’Outaouais sont placés «sous haute surveillance».

La nouvelle hausse récente des cas de COVID-19, dont beaucoup viennent de souches mutantes souvent plus contagieuses nommées variants, inquiète le gouvernement du Québec et la Santé publique. Encore plus à l’approche de la longue fin de semaine de Pâques.

«On est inquiets, puis on se demande : doit-on faire quelque chose de spécial pour la fin de semaine de Pâques? D’abord, ce n’est pas une bonne idée de faire des fêtes familiales ou des fêtes d’amis », a insisté François Legault.

Il a continué en mentionnant à quel point l’adhésion des Québécois aux mesures en vigueur était encore bien plus importante aujourd’hui que d’ajouter davantage de mesures restrictives. Les rassemblements dans les maisons sont ceux qui l’inquiètent le plus, bien au-delà des élèves dans leurs classes à temps plein, des fidèles dans les lieux de culte ou des sportifs dans leurs gyms.

« C'est important de le dire, il y a d'autres régions, par exemple, l'Estrie, la Mauricie et le Centre-du-Québec, qui sont passés à l'orange et où il n'y a pas eu d'augmentation importante du nombre de cas. Donc, c'est possible de respecter les consignes malgré le variant qui est plus présent partout. Donc, l'été s'en vient, mais on a des semaines exigeantes devant nous », a-t-il insisté.

En parlant de l’Estrie, voilà un autre bilan quotidien qui se place sous le signe de la résistance des Estriens à la troisième vague que le Québec a pourtant amorcée selon son ministre de la Santé et des Services sociaux Christian Dubé. Avec 11 nouveaux cas, aucun décès et seulement trois variants confirmés qui se sont ajoutés dans la dernière semaine, le bilan est effectivement positif une journée de plus.

Autre bonne nouvelle, il y a 3554 Estriens qui ont reçu lundi une dose de l’un des vaccins contre la COVID-19; il s’agit de la plus grande journée de vaccination pour la région depuis le début de la campagne de vaccination de masse le 15 mars dernier.

Le premier Estrien a été vacciné le 23 décembre dernier, rappelons-le. La vaccination était alors offerte seulement aux travailleurs de la santé ainsi qu’aux personnes âgées vivant en CHSLD.

Puis la vaccination de masse, offerte à la population de plus de 65 ans, a commencé le 15 mars dernier. À ce moment-là, il y avait 26 193 personnes vaccinées, principalement des travailleurs de la santé et des personnes âgées vivant en CHSLD.

Deux semaines plus tard, le nombre de personnes vaccinées a doublé. Il est passé à 55 796 personnes vaccinées.

La Santé publique de l’Estrie tiendra un point de presse mercredi pour faire un bilan de la campagne de vaccination en Estrie.

De 9 à 12 variants

Depuis quelques semaines, c’est le mardi que l’Institut national de santé publique du Québec dévoile les nouveaux cas confirmés de variants sous surveillance au Québec après le processus du séquençage. Ce processus est long, nécessite plusieurs étapes et prend au moins une semaine à effectuer.

Le bilan du Québec est donc passé mardi de 705 cas confirmés de variants à 1134.

L’Estrie a fait un bond beaucoup plus petit cependant, passant de 9 à 12 variants provenant de la Grande-Bretagne.

Les cas présomptifs sont quant à eux passés de 93 à 97 en Estrie. Les cas deviennent présomptifs après avoir subi un criblage au laboratoire de l’Hôpital Fleurimont. Tous les tests positifs de COVID-19 sont criblés depuis plus d’un mois dans la région. Après le criblage, les tests sont dirigés vers le Laboratoire de santé publique du Québec à Montréal pour le complexe processus de séquençage.

En attendant, les équipes de la Santé publique de l’Estrie font les enquêtes auprès des personnes positives à la COVID-19 comme si elles étaient effectivement atteintes par un variant confirmé et prennent les mesures en conséquence pour en freiner la propagation du virus de la façon la plus efficace possible.

Cas actifs par région

Pendant ce temps, le nombre d’hospitalisations liées à la COVID-19 demeure stable depuis plusieurs jours dans les hôpitaux de l’Estrie avec 11 personnes hospitalisées, dont trois se trouvent aux soins intensifs.

Il n’y a eu que deux nouvelles admissions au cours des sept derniers jours, signe que la situation s’améliore en raison de la faible augmentation des nouveaux cas confirmés chaque jour.

Il y a en ce moment 131 cas actifs en Estrie. Au prorata de la population, c’est dans le réseau local de services (RLS) des Sources que l’on retrouve le plus grand nombre de cas actifs avec 16, suivi du RLS du Val-Saint-François avec 14, Coaticook avec neuf, ensuite vient le Granit avec sept cas actifs, Sherbrooke suit avec 49, Memphrémagog et la Pommeraie avec 8, puis la Haute-Yamaska avec 20. Le RLS du Haut-Saint-François ferme la marche en n’ayant plus aucun cas actif sur l’ensemble de son territoire.

Depuis le début de la pandémie, il y a eu 11 994 cas confirmés de COVID-19 en Estrie ainsi que 321 décès.