La rue Principale est méconnaissable, à certains endroits au centre-ville de Magog, en raison des travaux qui sont en cours dans ce secteur.

Les travaux au centre-ville de Magog causent des inconvénients à géométrie variable

La reconstruction complète d’un long tronçon de rue dans un centre-ville ne se fait jamais sans générer son lot de difficultés et de contrariétés. Les commerçants du centre-ville de Magog, où un chantier de plus de 20 millions $ est en cours, sont confrontés à ce type de situation et s’efforcent de composer avec celle-ci du mieux qu’ils le peuvent. Certains gardent le sourire tandis que d’autres vivent davantage d’inquiétude.

À l’avant de la boutique La Suite 100 % Love, on retrouve un petit tableau noir sur lequel il est écrit ceci : « Souriez! C’est juste un chantier! La vie est belle. » La propriétaire de ce commerce, Marie-Pierre Bédard, a voulu mettre en perspective la situation vécue en utilisant l’humour. Elle a vraisemblablement touché la cible avec plusieurs passants.

« Je suis souvent à Montréal et je trouve que les travaux qu’on a ici ne sont pas si pires quand on les compare à ceux qui ont lieu dans la métropole. D’ailleurs, les commerces au centre-ville de Magog restent accessibles facilement et la Ville de Magog fait vraiment des efforts pour limiter les impacts du chantier », explique Mme Bédard.

La Suite 100 % Love n’aurait pas connu de ralentissement depuis le début des travaux au centre-ville, en avril dernier. « Ma clientèle vient malgré le chantier. On sent une belle solidarité. Les gens continuent d’encourager l’achat local », affirme sa propriétaire.

Non loin de La Suite 100 % Love, on trouve le restaurant Aux Bourgeois, né il y a quelques mois à peine. Ses propriétaires, Christian Lavallée et Nathalie Gaudet, gardent confiance en l’avenir, mais ils sont confrontés à une situation tout autre que celle vécue par Marie-Pierre Bédard.

« Dès le début des travaux, nos affaires ont baissé. On est à 30 pour cent de ce qu’on faisait avant que ça commence. Disons qu’il faut avoir de l’imagination et la collaboration de nos fournisseurs pour passer à travers ce genre de situation », confie M. Lavallée.

Afin de s’assurer que leur projet de restaurant pourrait réussir, les deux restaurateurs ont notamment négocié un bail de location leur offrant une certaine marge de manœuvre. Tous les commerçants du centre-ville n’ont pas cette chance toutefois.

« Je sais qu’on est dans le pire moment des travaux pour nous. L’accès à notre restaurant va s’améliorer dans deux semaines environ. J’avoue que j’ai hâte. Je m’ennuie de la clientèle locale. Et j’attends avec impatience le retour des touristes cet été », reconnaît Christian Lavallée.

Marie-Pierre Bédard, propriétaire de La Suite 100 % Love.

Hors chantier

Les propriétaires de la boutique Cuir eleganza, Luigi Sciorio et Lise Lacasse, confient pour leur part qu’ils n’ont pas encore ressenti les contrecoups du vaste chantier. Toutefois, leur réalité est différente de celle des deux restaurateurs et de Mme Bédard puisque leur commerce se trouve à l’extérieur du chantier pour le moment.

« Les travaux ne sont pas devant notre magasin alors on n’en ressent pas vraiment les impacts. C’est vrai qu’on a une petite baisse depuis quelque temps, mais c’est plus la pluie qui nous nuit parce qu’elle n’encourage pas les gens à sortir », explique M. Sciorio.

Le commerçant sait cependant que des travailleurs et des machineries commenceront à creuser à l’avant de sa boutique à très court terme. Et il admet que cela lui fait peur.

« Ce qu’il faut comprendre, c’est qu’ici au centre-ville de Magog, les commerçants font de bonnes affaires en été et les hivers sont plus difficiles à passer. Donc, si on n’accumule pas suffisamment en saison estivale, l’hiver peut devenir dur », fait valoir Luigi Sciorio.

Si elles partagent les inquiétudes de son conjoint, Lise Lacasse se dit par contre convaincue que le centre-ville de Magog sera plus attrayant une fois le chantier complété. « Ce sera beau quand ce sera fini », lance-t-elle.