Particulièrement craintifs depuis la tragédie de Lac-Mégantic, des Coaticookois s’inquiètent particulièrement de la hausse abrupte de l’achalandage la nuit.

Les trains inquiètent à Coaticook

L’effondrement d’un pont ferroviaire à la mi-janvier dans le secteur de Bromptonville a entraîné une croissance du trafic ferroviaire à Coaticook, qui inquiète les citoyens qui habitent le voisinage de la voie ferrée exploitée par la St-Laurent & Atlantique.

Particulièrement craintifs depuis la tragédie de Lac-Mégantic, des Coaticookois s’inquiètent particulièrement de la hausse abrupte de l’achalandage la nuit. En plus d’opérer bruyamment aux petites heures du matin, des wagons s’immobilisent parfois sur les rails, bloquant la circulation sur la rue Court en direction de l’hôpital durant de longues minutes.

Le maire Simon Madore explique que le ministère des Transports doit contacter l’Hôtel de Ville lundi pour l’informer des développements pour la reconstruction du pont et des solutions temporaires envisagées.
« Les citoyens vivant en bordure du chemin de fer vivent des désagréments. Ils attachent et détachent des wagons sans cesse, en plus de passer 24 heures sur 24. On n’est pas habitués à cela, il n’y a aucun transport qui se fait de nuit à Coaticook en temps normal », précise le maire.

Bien conscient que la reconstruction du pont à Bromptonville prendra un certain temps, il ajoute que plusieurs scénarios seront envisagés afin de réduire l’achalandage ferroviaire dans sa ville. « On va demander au ministère s’ils peuvent utiliser un autre chemin qui passe à l’extérieur de Coaticook. Si ce n’est pas possible, on va essayer d’avoir un dédommagement quelconque. On sait que les citoyens sont tannés, donc on espère trouver une solution avantageuse le plus tôt possible. »

Rappelons que le pont de Brompton a été emporté par une hausse soudaine du niveau de la rivière Saint-François le 13 janvier dernier.