Les syndiqués de la Sépaq, qui sont actifs entre autres au parc national du Mont-Orford, ont lancé une pétition en appui à leurs revendications.

Les syndiqués de la Sépaq cherchent l’appui du public

Afin de raviver leurs négociations, les syndiqués de la Sépaq ont lancé une pétition en appui à leurs revendications.

Mise en ligne sur le site de l’Assemblée nationale, elle a comme objectif de démontrer que la population du Québec tient à ses espaces naturels et qu’elle appuie le personnel qui les préserve, indique le Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ).

En Estrie, ceux-ci sont à l’œuvre au parc national du Mont-Orford et au parc national du Mont-Mégantic. 

Le SFPQ rappelle que les conventions collectives sont échues depuis le 31 décembre 2018 et que les négociations piétinent. 

«Le gouvernement Legault demeure inflexible. Il n’offre même pas des augmentations suivant l’inflation, il ne garantit pas le maintien du pouvoir d’achat de nos membres qui sont de bas salariés occupant des emplois précaires», déplore Frédérick Dagenais, président régional du SFPQ. 

Par cette pétition, le SFPQ interpelle directement le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Pierre Dufour, afin qu’il presse le gouvernement de dénouer rapidement le conflit, et ce, dans le respect des conditions de vie et de travail des employées et des employés de la Sépaq, ajoute le syndicat dans un communiqué de presse.

« Si nous n’obtenons pas une offre raisonnable de la part du gouvernement, nous serons contraints d’envisager de nouveau le recours à la grève. D’ici là, nous allons utiliser tous les moyens à notre disposition pour faire avancer la négociation et faire connaître nos revendications», conclut le président régional du SFPQ. 

Pour signer la pétition, il faut se rendre sur le site de l’Assemblée nationale à l’adresse  https://bit.ly/2u0awAn.