Contenu commandité
Les serres prennent forme à Weedon
Afin d’obtenir un permis d’exploitation de la part de Santé Canada, les dirigeants doivent d’abord construire une serre modèle pour appuyer leur demande, qui n’a toujours pas été approuvée.

Investissement de 200 M$ : les serres prennent forme

WEEDON – L’ambitieux projet à 200 M$ mené par MYM Nutraceuticals dans le rang 2 de Weedon comprenant la construction d’une serre de 1,5 million de pieds carrés destinée à la production de cannabis médical avance au rythme prévu, confirme le porte-parole Daniel Nadeau au tournant de la nouvelle année.

Quelque six mois après la première pelletée de terre symbolique sur le site où sera construit l’immense réseau de serres, le projet porté par l’entreprise britanno-colombienne progresse à un bon rythme.

Afin d’obtenir un permis d’exploitation de la part de Santé Canada, les dirigeants doivent d’abord construire une serre modèle pour appuyer leur demande, qui n’a toujours pas été approuvée.

« Les travaux avancent bien, on peut voir l’évolution des travaux sur la page Facebook de la compagnie, qui publie régulièrement pour informer les gens du public et les investisseurs de l’état des travaux », affirme d’entrée de jeu le porte-parole du projet Daniel Nadeau, le site étant fermé au public et protégé jour et nuit par une compagnie de sécurité. « La priorité pour le moment est la construction des serres et des bâtiments, ce qui progresse très bien. »

Remplir les tablettes de la SQDC?

Bien que les serres ne sont pas encore opérationnelles et que l’entreprise n’a pas encore mis la main sur sa certification lui permettant de cultiver du cannabis médical légalement, la pénurie de cannabis que vit la Société québécoise du cannabis depuis son ouverture au mois d’octobre soulève la question suivante : est-ce que les serres de Weedon pourraient produire du cannabis pour la SQDC, qui se cherche activement des producteurs? Il est trop tôt pour avancer quoi que ce soit, selon M. Nadeau.

« Notre but est de produire du cannabis pour le marché médical, mais il faudrait voir ce que désire vendre la SQDC », explique-t-il. « Parmi les produits qu’ils vendent, il y en a qui s’apparentent au cannabis médical. Nous ne savons pas à qui nous allons vendre nos produits pour le moment, car nos installations ne sont pas encore construites et nous ne sommes pas opérationnels. On n’est pas rendu là pour le moment, mais c’est une éventualité qui pourrait être explorée. »

Quant au recrutement du personnel, qui devrait s’élever au nombre de 400 travailleurs lorsque les serres seront opérationnelles et que le projet sera finalisé, il n’est pas activement entamé. Cette étape sera entreprise quand le tout aura pris forme, quoique des efforts ont été menés par MYM Nutraceuticals.

« Je sais qu’on participe à des salons de l’emploi pour faire part de nos besoins à des travailleurs et qu’on travaille à monter une banque de candidats, mais ce n’est pas notre priorité pour l’instant. La priorité est vraiment à la construction des serres et des bâtiments pour le moment, après quoi on se consacrera plus activement au recrutement du personnel », a fait savoir le porte-parole, indiquant que les candidats locaux sont invités à soumettre leur candidature.

La municipalité de Weedon a annoncé dans son plan d’immobilisation pour les prochaines années qu’une somme de 3,5 M$ serait utilisée pour asphalter le rang 2, où se situe ce qui devrait être le plus gros complexe de production et de recherche de cannabis au pays.

Rappelons que le projet comporte également un centre de recherche, de transformation et d’interprétation.