Keven Brasseur, le nouveau président de la Commission de la Relève de la Coaliton avenir Québec, a laissé une grande place aux régions dans son discours d’entrée en poste au Théâtre Centennial de l’Université Bishop’s.

Les régions à l’avant-plan

Le nouveau président de la Commission de la Relève de la Coaliton avenir Québec (CRCAQ) entend bien mettre les régions à l’avant-plan lors des deux prochaines années. Keven Brasseur, d’Acton Vale, a été présenté aux membres dimanche à Sherbrooke.

Le diplômé en sciences comptables a laissé une grande place aux régions dans son discours d’entrée en poste au Théâtre Centennial de l’Université Bishop’s.

« Je suis un gars de la région, j’ai été élevé sur une ferme chez mes parents, lance-t-il. En tant que jeune professionnel, je veux m’investir éventuellement dans ma région. On parle souvent de villages qui sont sur le point de mourir et qui ont besoin d’être revitalisés. Ce sont des choses comme celles-là que je veux aborder. Je suis un régionaliste pur et dur. »

Problématiques régionales

M. Brasseur s’estime bien au fait des problèmes qui vivent certaines régions du Québec.

« À Acton Vale, on s’est rendu compte que dans les 5 à 10 prochaines années on va vivre une certaine pénurie de notaires, de comptables et d’avocats, souligne-t-il. Évidemment ça crée une problématique pour les entreprises de la région et ça ralentit la croissance économique de la région. »

Concrètement, M. Brasseur entend créer des instances régionales de la Commission relève.

« À l’heure actuelle, on a un représentant pour chaque région, mais je veux aller encore plus loin. Je veux qu’on ait des plateformes régionales pour que les jeunes puissent s’impliquer à l’année et qu’ils n’aient pas à attendre nos congrès pour le faire. »

M. Brasseur entend aussi doter la CRCAQ d’une commission politique.

« Tous les partis ont une commission politique qui travaille sur la plateforme, sur les idées et sur les propositions, mentionne-t-il. Je veux que notre aile jeunesse se dote d’une telle commission pour avoir une place pour les jeunes qui veulent travailler du contenu politique. »

Impact

Le nouveau président espère aussi avoir un impact réel sur l’orientation du gouvernement caquiste.

« On voit qu’il y a une écoute de la part du premier ministre, résume-t-il. À la CAQ on essaie de travailler toujours tout le monde ensemble et on va poursuivre dans la même veine. M. Legault m’a dit sur scène qu’il avait bien hâte de travailler avec moi et que nous allions nous rencontrer bientôt. »

Keven Brasseur succède au Granbyen Kevin Paquette qui a présidé la CRCAQ durant les deux dernières années.