Les ambulanciers paramadics de l’Estrie ont reçu l’appui mercredi midi d’une délégation de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN).

Les négos des ambulanciers sur le point d'aboutir

Au moment où les négociations pour renouveler la convention collective des ambulanciers paramadics pourraient aboutir à un résultat, ceux-ci ont reçu l’appui mercredi midi d’une délégation de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN).

Une manifestation a eu lieu en soutien aux syndiqués de la Coopérative de travailleurs d’ambulance de l’Estrie, sur la rue Lepage. La direction de cette entreprise, de même que celles de Québec et de la Montérégie, ont entre leurs mains les clés permettant de régler, enfin, les conventions collectives du secteur préhospitalier, échues depuis le 31 mars 2015, ont fait savoir les manifestants.

La semaine dernière, en négociation, la CSN et ces coopératives, de même que quelques autres entreprises privées avec qui elles ont formé une coalition patronale, ont réalisé des progrès importants, a-t-on fait valoir. Mais un des enjeux, la question de la surcharge de travail, demeure sur la table.

La CSN propose l’introduction d’un mécanisme sur le fardeau de tâche, dont le coût pour les employeurs est minime, souligne le président de la FSSS–CSN, Jeff Begley. Le refus des coopératives d’inclure un tel mécanisme aux conventions collectives est d’autant plus déplorable qu’elles assurent aux travailleuses et aux travailleurs vouloir s’attaquer au problème de la surcharge de travail.

« Ce n’est pas une négociation comme une autre, explique M. Begley. Le cœur des revendications des paramédics concerne la charge de travail et les horaires de travail. »

« Trouver des solutions à ces problèmes, c’est s’assurer que la population est bien servie par un personnel qui n’est pas constamment à la course, qui n’a pas continuellement à se battre contre la montre pour intervenir dans des délais raisonnables. Les coops sont sensibles à cet enjeu, il faut le régler. »

Pour le vice-président de la FSSS–CSN, Dany Lacasse, l’occasion est parfaite pour les coopératives de s’entendre avec les syndicats afin de travailler ensuite de concert à un renforcement des services préhospitaliers au Québec. « Les paramédics du Québec se donnent corps et âme au quotidien. Ils ont droit non seulement à une juste reconnaissance, mais aussi à ce qu’on leur donne véritablement les moyens de remplir adéquatement leur mission. Dresser un véritable portrait de la charge de travail pour identifier des pistes de solution est à cet égard incontournable. »

Advenant un changement de position de la part des coopératives quant aux surcharges de travail, la perspective d’un règlement de ce conflit pourrait se matérialiser. Il s’agit d’un des seuls sujets sur lesquels les syndicats et les employeurs ne se sont pas entendus. En ce qui a trait aux horaires de faction, les échanges se poursuivent avec le gouvernement.