Les employés municipaux de Cookshire-Eaton veulent obtenir un régime de retraite plus favorable ainsi que de meilleurs salaires, ce qui explique pourquoi les négociations entre les deux partis stagnent depuis maintenant deux semaines.

Les employés de Cookshire-Eaton manifestent

Une vingtaine d’employés municipaux de Cookshire-Eaton manifestent depuis plusieurs jours devant l’hôtel de ville, espérant gagner le support de la population dans leurs négociations avec le conseil municipal.

Des employés de la voirie ainsi que des animatrices de camp de jour regroupé devant l’hôtel de ville brandissaient pancartes à l’approche des voitures et des camions jeudi après-midi, recevant des coups de klaxon en guise de support de la majorité des automobilistes. 

Les négociations ne progressent pas au rythme espéré par les deux partis, qui ne croient pas qu’une nouvelle entente pourrait être ratifiée sous peu. Les deux points qui font achopper les négociations sont la question du salaire et des régimes de retraite. 

« Tout d’abord, il n’est pas question qu’on signe une entente pour six ans, c’est beaucoup trop long », annonce d’entrée de jeu Sylvain Fournier, du comité de mobilisation des employés municipaux. « Les choses changent tellement vite qu’on ne peut pas se permettre de signer une entente pour plus de cinq ans. »

« Pour ce qui est des augmentations de salaire, on veut que ça suive l’inflation. On a déjà de la misère à arriver avec notre salaire du moment, on veut s’assurer de ne pas avoir moins. On veut avoir une augmentation salariale annuelle d’au moins 3 %. Le coût de la vie n’arrête pas de monter chaque année, il faut que ça reste rentable pour nous », poursuit-il. 

Reconnaissance

En plus d’exiger un meilleur régime de retraite pour les fonctionnaires municipaux, le syndicat espère que les employés de longue date seront récompensés en fonction de leurs années de travail.

« Il y a des gens qui sont ici depuis 15, 20, 25 ans. On aimerait que la ville reconnaisse nos années de service après un certain nombre d’années en nous donnant une prime », explique M. Fournier. 

Les employés municipaux déplorent l’attitude la mairesse Sylvie Lapointe à leur endroit. M. Fournier prétend que la mairesse les décrit comme étant fainéants et qu’elle aurait mené sa campagne électorale sur ces bases.

« Elle nous dépeint dans une très mauvaise lumière. On est pourtant très compétents et on travaille fort, donc on ne comprend pas la nature de ces jugements », regrette le membre du comité de mobilisation. 

Les employés sont cependant contents de l’appui du syndicat et estiment avoir l’appui des gens de Cookshire-Eaton. 

« On sent que les gens sont derrière nous, plusieurs personnes même arrêtent pour nous témoigner leur support. Ça klaxonne beaucoup et on se fait envoyer la main, très peu de gens ont l’air en désaccord avec nos revendications! », conclut-il. 

Rappelons que la grève a été déclarée le 23 juillet. Les camps de jour ainsi que les autres services municipaux sont quant à eux fermés depuis le 27 juillet.