Les coûts du déneigement cet hiver à Magog n’inquiètent pas la directrice des travaux publics de la Ville de Magog, Danielle Comeau.

Les coûts du déneigement sous contrôle à Magog

Les chutes de neige répétées conjuguées aux épisodes de pluie obligeront-ils la Ville de Magog à dépenser plus que prévu en 2019 pour l’entretien hivernal de son réseau routier? Aussi surprenant que cela puisse paraître, la directrice des travaux publics, Danielle Comeau, tient un discours plutôt rassurant à ce sujet.

Mme Comeau admet que le conseil municipal sera peut-être appelé à se pencher sur d’éventuels coûts excédentaires du déneigement en cours d’année 2019, mais elle laisse entendre que, dans l’ensemble, la situation n’a rien d’alarmant.

« Notre budget de déneigement est divisé en trois : il y a ce que font nos employés, le travail confié à forfait à des entreprises privées et les camionneurs artisans qui nous donnent un coup de main pour enlever la neige à l’occasion. La planification budgétaire est faite par des gens d’expérience et, pour le moment, les choses se passent bien », assure la directrice des travaux publics de la Ville de Magog.

Danielle Comeau souligne notamment que le nombre d’heures travaillées par les employés municipaux affectés au déneigement est loin de dépasser la limite prévue par le budget 2019 de la Ville.

« C’est certain qu’on ne connaît pas l’avenir, mais pour l’instant je n’ai pas vraiment d’inquiétude de ce côté, surtout que l’épandage de sel redevient toujours plus efficace avec le réchauffement des températures en mars », souligne Mme Comeau.

En ce qui concerne le travail des camionneurs artisans, on serait à mi-chemin de l’enveloppe allouée pour ce poste budgétaire, laquelle s’élèverait approximativement à 60 000 $.

Évidemment, les entreprises qui ont obtenu des contrats pour déneiger des secteurs entiers de la municipalité sont tenues de respecter l’entente signée avec les autorités municipales. Il est donc hautement improbable que des surprises surviennent avec celles-ci.

Ainsi, au rythme où les choses évoluent, la banque d’heures de déneigement achetée par la Ville sera potentiellement le premier poste budgétaire qui s’avérera insuffisant. Toutefois, ce scénario demeure hypothétique à l’heure actuelle.

« Avec les ressources qu’on a, on serait capable de ramasser la neige de quelques tempêtes de plus avant la fin de l’hiver », indique Danielle Comeau, tout en reconnaissant que la saison hivernale 2018-2019 a déjà donné passablement de fil à retorde aux employés des travaux publics.

Mme Comeau invite par ailleurs la population à se montrer compréhensive envers les personnes affectées au déneigement du territoire magogois, puisque les conditions climatiques des dernières semaines n’ont pas facilité leur travail. « On enlève la neige en fonction des priorités en commençant par les écoles, les artères et les rues étroites. Tout ne peut pas se faire d’un seul coup. »