Le gardien du Blizzard Jean-Tommy Auger a été mitraillé de 16 lancers en première période, mais il a permis à son équipe de retraiter au vestiaire avec un pointage égal de 1-1.

Les Cantonniers s’écrasent

Les Cantonniers de Magog avaient du plomb dans l’aile à la veille de l’Halloween. Avec le résultat qu’ils n’ont jamais été en mesure de freiner leur chute devant le Blizzard du Séminaire St-François, victorieux par la marque de 6-3 dans un match disputé à l’aréna de Magog.

Comme ils l’avaient fait quelques jours plus tôt contre le Rousseau-Royal de Laval-Montréal, les troupiers de Félix Potvin ont tout fait en première période sauf, prendre les devants au tableau indicateur. Les visiteurs ont profité de la mollesse des locaux dans leur territoire dès la première minute de jeu pour ouvrir le pointage. Par la suite, ce fut une domination total des Cantonniers qui n’ont pu faire mieux que d’égaler la marque sur une réussite du défenseur Lou-Félix Denis. Le gardien Jean-Tommy Auger a été mitraillé de 16 lancers dans cette seule période. À l’autre bout de la patinoire, Rémi Delafontaine a vu très peu d’action, repoussant trois tirs.

Le ciel s’effondre

Dès la reprise du jeu à la seconde période, les rôles ont été inversés et ce sont les visiteurs qui ont pris le contrôle. Tout ce qui réussissait aux Magogois depuis le début de la saison est disparu comme par enchantement. À titre d’exemple, les Cantonniers ont concédé 20 lancers à leurs rivaux dans cette seule période. Une première dans leur cas, eux qui ont plutôt l’habitude de limiter l’adversaire à 25 lancers et moins par partie. Les Cantonniers ont quitté la glace en retard de deux buts (1-3) après 40 minutes.

Le Blizzard a accru son avance rapidement au début de la troisième période avant d’avoir une petite frayeur lorsque Mathieu Fortin et Lou-Félix Denis, son deuxième du match, ont rétréci la marge à un but. Malheureusement pour eux, le Blizzard est revenu à la charge avec deux autres buts, le dernier dans une cage déserte lorsque Félix Potvin avait rappelé son gardien au banc en faveur d’un sixième attaquant.

Refuser de se salir

L’explication de Félix Potvin était fort simple devant ce match qui est presque devenu à sens unique à compter de la deuxième période. « Des parties, on va en gagner qu’on ne mérite pas et on va en perdre qu’on aurait dû gagner. Ce soir (hier), le meilleur club sur la glace est parti avec les points en banque. Tout était difficile. Même quand nous sommes revenus avec deux buts rapides en troisième période, je ne sentais pas sur le banc que les gars avaient envie de se battre, de se salir les mains pour aller chercher le but suivant. Il y a des joueurs qui m’ont déçu. D’autres auraient dû en profiter pour prendre la relève et se lever. Rien de tout cela ne s’est passé. Ces choses-là paraissent moins dans la victoire, mais dans la défaite, ça saute aux yeux. Il y a des gars qui ont travaillé pour deux, mais ça ne marche pas quand il y a trop de touristes en même temps. On en avait trop dans cette partie. »