Les équipes de la station de ski du Mont Orford ont hâte de lancer l’enneigement des pentes.

Les canons s’animent sur les montagnes

Plus le mercure baisse, plus les équipes des stations de ski de la région sont sur le qui-vive pour lancer l’enneigement artificiel des pentes. Les premières salves ont déjà retenti.

C’est le cas de la montagne d’Owls Head, dans le Canton de Potton. « C’est commencé depuis vendredi », lance le vétéran des stations de ski Fred Korman.

« Ça va même très bien, car il fait froid. Nous avons commencé en haut de la montagne. »

Du côté de la station du Mont Orford, on se tient prêt à ouvrir le feu, mais on se concentre sur la stratégie pour une offensive aux environs du 20 novembre. On surveille les prévisions météo, mais l’état-major de la montagne maintient le cap.
« Nous n’avons pas encore commencé l’enneigement. Nous prévoyons le faire pas avant le 20 novembre », explique à La Tribune le directeur général Pascal Mongeau.

« Nous surveillons les prévisions de la météo régulièrement. Il nous faut une plage de froid de 36 à 48 heures de froid en continu. Si ça arrive, nous pourrions commencer l’enneigement plus rapidement. On doit avoir moins cinq degrés ou plus froid. »

Certaines stations de ski au Québec ont lancé l’offensive afin de bombarder de flocons leur domaine skiable. L’artillerie est à l’œuvre depuis des jours dans les hauteurs de Saint-Bruno, Sainte-Anne et Stoneham. À Tremblant, on avance même une date d’ouverture, soit le 23 novembre.

Différentes réalités

Au cours des prochaines journées, le mercure devrait se tenir au-dessus du point de congélation, mais doit chuter profondément sous zéro la nuit. Par exemple, Environnement Canada prévoit moins 10 dans la nuit de jeudi à vendredi et moins 8 la nuit suivante.

Selon M. Mongeau, chaque station de ski a une réalité différente à respecter en ce qui concerne l’utilisation de son système d’enneigement. « Nous devons attendre d’avoir une plage de froid assez longue pour avoir une bonne qualité de neige et en bonne quantité », dit-il.

« S’il y avait de la pluie, nous devrions renoncer à lancer l’opération d’enneigement. Heureusement, nous avons pu garder de la neige au sommet de la montagne. »

La station de villégiature a pris des mesures pour atténuer l’effet de la fermeture du viaduc surplombant l’autoroute 10 à la sortie 118 à Magog en indiquant sur son site web les trajets alternatifs s’offrant aux skieurs venant de l’extérieur.
L’an dernier, Orford avait ouvert ses pentes le 9 décembre, alors qu’Owl’s Head lançait ses activités de glisse quelques jours plus tard.