Dans le cadre de la Journée d’action contre la violence sexuelle faite aux femmes, le CALACS Agression Estrie tenait mercredi soir une activité-bénéfice sous forme de cocktail prestation. La chanteuse Chloé Doyon, qu’on a pu voir à La Voix le printemps dernier, est notamment montée sur scène.

Les CALACS lancent le mouvement #ToiAussi

Après la vague #MoiAussi, le Regroupement des Centres d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel souhaite soulever le mouvement #ToiAussi, comme dans toi aussi tu as un rôle à jouer dans la lutte contre la violence sexuelle.

Ils profiteront de la 37e Journée d’action contre la violence faite aux femmes pour lancer cette nouvelle campagne intitulée Ça me regarde.

À Sherbrooke vendredi, le CALACS Agression Estrie organise une manifestation du côté du marché de la Gare à compter de 18 h 30.

Le comédien et auteur-compositeur-interprète Émile Proulx-Cloutier prendra notamment la parole et offrira son slam engagé Force océane.

« Le Québec a été frappé, l’automne dernier, par une grande vague de dénonciation. Notamment avec le mot-clic #MoiAussi, les survivants et survivantes témoignaient des violences sexuelles subies. Désormais, il n’est plus possible de nier, voire mettre sous silence, l’ampleur de ce fléau de société. Maintenant que les victimes ont plus d’espace pour exprimer leur vécu, il est temps que la population se mobilise encore plus autour de la lutte aux violences sexuelles afin d’obtenir un véritable changement radical de culture », fait valoir le Regroupement dans un communiqué.

Une quinzaine d’organismes liés de près ou de loin à la lutte aux violences sexuelles tiendront également des kiosques d’information vendredi, précise le CALACS Agression Estrie.

Un comité de citoyens d’origine colombienne mis sur pied pour défendre les droits des leurs dans leur pays d’origine entend par ailleurs profiter de cette tribune pour attirer l’attention sur la situation des femmes là-bas.

Avec le drapeau de la Colombie bien visible et des chandelles à la main, « parce qu’on est en deuil », ils dénonceront que beaucoup trop de femmes sont encore agressées sexuellement, prises comme butin de guerre, et même tuées dans leur pays.

« Nous allons demander au gouvernement de reconnaître que la guerre en Colombie n’a jamais cessé. Nous voulons qu’il rétablisse le programme de protection des réfugiés, qui a été fermé depuis 2011, étant donné que la crise humanitaire en Colombie n’est pas terminée et que les leaders sociaux sont menacés », explique une des membres du comité, Adriana Herrera Duarte.