La caserne des ambulanciers sera aménagée à l’arrière de la nouvelle caserne des pompiers à Magog.

Les ambulanciers seront mieux installés à Magog

La nouvelle caserne de pompiers de Magog, dont l’ouverture est prévue pour cet été, permettra d’améliorer les conditions de travail des ambulanciers de la région. « Le confort des paramédics sera augmenté », confirme Christian Beaudin, président du Syndicat des paramédics de l’Estrie-CSN et lui-même ambulancier paramédic chez Ambulance de l’Estrie à Sherbrooke.

Rappelons que la caserne pourra accueillir les trois véhicules ambulanciers qui desservent le territoire de la ville de Magog, et qui sont stationnés à Sherbrooke à l’heure actuelle. « Depuis quelques années [les ambulanciers] n’avaient [à Magog] qu’un petit local au coin des rues St-Patrice et Sherbrooke. La caserne leur permettra de laisser les véhicules à l’intérieur, plutôt qu’à l’extérieur avec le moteur en marche pour garantir soit la chaleur ou la climatisation requises pour nos usagers », poursuit M. Beaudin.

Pour l’instant, les véhicules de Magog et de Sherbrooke sont réunis en une même flotte. Les ambulanciers qui travaillent à Magog doivent donc commencer leur chiffre de travail à Sherbrooke. Ils ne commencent évidemment pas tous en même temps, pour que des véhicules soient en tout temps prêts à intervenir à Magog.

La nouvelle caserne pourrait permettre des débuts de quart directement à Magog, mais il n’est pas encore certain que cette option sera privilégiée.

« C’est sûr qu’il y a un temps de déplacement supplémentaire lorsque les véhicules font la route entre Sherbrooke vers Magog, mais quand on pense à la gestion de l’entretien des véhicules par exemple, ça aide qu’ils soient tous réunis au même endroit », explique Jean-François Pellerin, directeur aux opérations chez Ambulances de l’Estrie.

« Quand un véhicule doit aller au garage, l’équipe peut en prendre un autre, tout simplement. Si une équipe part sur un appel d’urgence à la fin de son quart et revient une ou deux heures plus tard, l’équipe qui venait les remplacer, à la place d’attendre à la caserne que le véhicule revienne, peut en prendre un autre dans la caserne de Sherbrooke et partir travailler. On veut donc évaluer avec tous ces facteurs si c’est plus avantageux pour la couverture du territoire de stationner les véhicules à Magog ou de continuer avec la centralisation à Sherbrooke. »

Ambulance de l’Estrie pourrait également se doter de quelques véhicules de plus à Magog pour régler la situation, mais il faut un permis du ministère de la Santé pour ce faire, et ceux-ci sont distribués avec parcimonie. En guise de comparaison, Magog dispose de trois permis d’ambulance alors que pour le territoire de Sherbrooke, il y en a 15 d’alloués sur une période de 24 heures. « Si on retourne les véhicules à Magog, on pourrait peut-être faire une demande de permis supplémentaires pour grossir notre flotte de véhicules en cas de bris ou de rotation. En ce moment, on n’a pas de véhicules de remplacement, alors que certaines régions en ont », poursuit M. Pellerin.

Entente de principe acceptée à 90 %

Par ailleurs, les négociations entre le Syndicat des paramédics Estrie-CSN et le ministère de la Santé se poursuivent; Christian Beaudin affirme que l’entente de principe a été acceptée à 90 %.

« Des travaux devront se poursuivre pour l’amélioration de la desserte ambulancière pour Sherbrooke, qui est en surcharge par rapport au nombre de véhicules sur le terrain, ainsi que pour transformer des horaires de faction [NDLR : horaires lors desquels les paramédics sont de garde à la maison toute une semaine, 24 heures sur 24] en quart de travail à l’heure. Le MSSS a pris l’engagement de modifier les horaires et d’ajouter des véhicules là où le besoin se fait sentir », précise M. Beaudin.

Le Syndicat regroupe environ 180 paramédics des secteurs de Sherbrooke, Magog, East Angus, Richmond, Valcourt, Coaticook, Stanstead et Weedon.