Les abonnements de ski aux stations de Bromont, montagne d’expériences et de Mont Sutton sont presque tous vendus.
Les abonnements de ski aux stations de Bromont, montagne d’expériences et de Mont Sutton sont presque tous vendus.

Les abonnements de ski presque tous vendus

Cynthia Laflamme
Cynthia Laflamme
Initiative de journalisme local - La Voix de l'Est
Les skieurs et planchistes se sont rués vers les abonnements de saison aux stations de ski Mont Sutton et Bromont, montagne d’expériences. Alors que la saison est encore loin de se dessiner, les abonnements tout temps, pour les deux destinations, se sont écoulés rapidement.

À Bromont, il reste seulement quelques abonnements pour les soirées tandis qu’à Sutton les seuls abonnements encore disponibles sont les Passes 5 jours.

Ne sachant pas comment se déroulerait la saison avec la pandémie de COVID-19, les deux stations ont choisi de vendre une quantité limitée d’abonnements et elles ne rendront disponibles que quelques billets journaliers.

«C’est une question de choix d’entreprise. Si on vend trop d’abonnements, ce n’est pas mieux, on va être obligé de rembourser les gens», souligne Charles Désourdy, président de BME, qui espère que les premières pistes soient ouvertes à la mi-décembre.

L’entreprise a mis de 10 à 15 % moins d’abonnements en vente, mais se garde l’option d’en vendre davantage une fois la saison bien lancée, selon le déroulement des activités.

«On avait un bon rythme de prévente par rapport à l’an passé, mais avec la distanciation et les restrictions aux remontées mécaniques qui limitent nos capacités, on doit mettre fin à la vente d’abonnements pour se garder un peu de marge de manœuvre pour la saison, confie Jean-Michel Ryan, PDG de Mont-Sutton. Il faut commencer la saison correctement. Ensuite, on verra.»

«Un privilège d’avoir une saison»

«C’est un phénomène qu’on retrouve dans la plupart des stations, note M. Ryan. On sent que les gens veulent être dehors, qu’ils veulent skier et profiter de l’hiver. C’est un privilège cette année de pouvoir avoir une saison, alors il faut en profiter.»

Il n’y aura donc pas d’excès de prudence cette année pour éviter tout risque de fermeture en raison de la pandémie de coronavirus.

Les usagers seront mis à contribution pour que la saison se déroule rondement. «On parle de responsabilité conjointe. Il faut tout faire pour avoir une belle saison tout le monde ensemble», ajoute le PDG de Mont Sutton.

Au jour le jour

Le nombre de billets journaliers dépendra de l’achalandage à la station. Il se pourrait qu’il n’y en ait pas du tout à Bromont au début de la saison. Chose certaine, il faudra l’acheter en ligne en choisissant la date de visite.

Pour rendre l’expérience plus agréable et peut-être accueillir plus de détenteurs de billets journaliers, les deux stations ouvriront le plus de versants possible au début de la saison, même si ce ne sont que quelques pistes qui seront skiables. Ainsi, les usagers seront dispersés dans les différentes remontées mécaniques.

En temps normal, un versant ouvre lorsqu’un nombre précis de pistes sont prêtes.

Manger dehors

En plus de limiter les remontées mécaniques à une bulle familiale ou une personne par chaise, les stations doivent prévoir une capacité d’accueil de 50 % dans les chalets. Ceux-ci seront uniquement utilisés pour se réchauffer. Il ne sera pas permis d’y manger ni d’y laisser des effets personnels. Les bottes devront être chaussées à la voiture.

Les skieurs et planchistes pourront tout de même se sustenter... en restant dehors. À Bromont, des camions de rues seront disposés sur le site pour offrir nourriture et boissons chaudes. À Sutton, un service de restauration extérieure se prépare.