Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Selon la médecin retraitée, le CIUSSS de l’Estrie devra être plus flexible en ce qui concerne les disponibilités des vaccinateurs.
Selon la médecin retraitée, le CIUSSS de l’Estrie devra être plus flexible en ce qui concerne les disponibilités des vaccinateurs.

L’embauche de vaccinateurs en Estrie est trop rigide, dénonce une médecin

Jean-François Guillet
Jean-François Guillet
La Voix de l'Est
Article réservé aux abonnés
À la retraite depuis peu au terme d’une carrière de plusieurs dizaines d’années dans le réseau de la santé, Johanne (nom fictif) a décidé de donner un coup de pouce pour inoculer les vaccins contre la COVID dans sa région. La médecin dit toutefois s’être butée à un «énorme manque d’ouverture» de la part du CIUSSS de l’Estrie, autant du côté des disponibilités exigées que de la kyrielle de formulaires à remplir.

Johanne était enthousiaste à l’idée de contribuer à faire progresser la campagne de vaccination. Or, l’espoir a fait place à la déception. Au point où elle a abandonné le projet. «Ce que je déplore, c’est que l’on nous considère comme des nobody, alors qu’on a travaillé dans le réseau de la santé durant très longtemps. Ce n’est pas normal d’avoir autant de documents à remplir alors que j’étais médecin sur le territoire du CIUSSS jusqu’à tout récemment», clame-t-elle.

En fait, Johanne avait d’abord utilisé la plateforme de la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ) pour poser sa candidature à un poste de vaccinateur. «C’était simple, convivial, dit-elle. Pas de problème.»

Les choses se sont corsées par la suite. «La jeune fille qui m’a contactée m’a dit que je devais obligatoirement remplir tous les formulaires, sinon ma candidature serait rejetée.»


« Ce que je déplore, c’est que l’on nous considère comme des nobody, alors qu’on a travaillé dans le réseau de la santé durant très longtemps. »
Johanne, une médecin à la retraite

Parmi ceux-ci, notons des formulaires d’autorisation de divulgation de renseignement, de vérification d’antécédents criminels, de statuts vaccinal et immunitaire, un questionnaire médical préemploi ainsi qu’un second, encore plus pointu. À cela s’ajoutent le curriculum vitae, les diplômes, le certificat de naissance ou un passeport de même qu’un permis d’ordre professionnel. «C’est complètement ridicule», fait valoir la retraitée.

Flexibilité

Outre les multiples documents de plusieurs pages à fournir, Johanne devait également remplir un «formulaire de disponibilité». À ce moment, elle a décroché. «J’ai fait du bénévolat dans ma vie. Je suis prête à donner encore pour ma communauté. Mais je n’ai plus la jeunesse pour retourner au front et recommencer à faire des soirs et des nuits, dit la soixantenaire. Alors, j’ai dit que j’étais prête à vacciner de jour. Mais ça m’obligeait à être disponible de 5h le matin à 21h. Je leur ai dit de m’oublier.»

La question salariale n’est néanmoins pas en cause. «Pour les médecins retraités comme moi, on offre 35$ de l’heure pour vacciner. J’aurais demandé un reçu pour don de mon salaire. Et pour les étudiants en médecine, le taux horaire est de 32$. Ce qui est très bien.»

Selon la médecin retraitée, le CIUSSS de l’Estrie aurait «tout intérêt à être plus ouvert» pour avoir des candidatures. «On pense souvent aux retraités pour la vaccination. Mais avec des horaires qui n’ont aucune flexibilité, plusieurs vont tourner les talons. Les plus jeunes n’embarqueront pas non plus, affirme-t-elle. Il faut tenir compte de la réalité d’aujourd’hui.»

Ouverture

De son côté, le CIUSSS n’a pas voulu commenter le cas particulier. L’organisation affirme néanmoins faire preuve d’ouverture. «Pour les disponibilités demandées aux personnes qui œuvrent à la vaccination, les heures d’ouverture des centres de vaccination offrent des plages étendues, particulièrement dans nos plus grands centres : Granby et Sherbrooke. Cependant, nous offrons une flexibilité aux membres du personnel et en aucun cas ils ne sont dans l’obligation de se rendre disponibles pour l’ensemble des plages horaires. Pour les retraités qui viennent prêter main-forte, nous les embauchons selon les disponibilités qu’ils ont à offrir», indique par courriel Félix Massé, du département des communications.

En ce qui concerne la panoplie de documents à remplir, c’est «usuel», mentionne le représentant du CIUSSS. «Cette cueillette d’information est nécessaire pour être en mesure d’ouvrir le dossier employé et avoir les accès nécessaires. De plus, le formulaire de santé qui doit être rempli permet de nous assurer de fournir un emploi sécuritaire à la personne en processus d’embauche. Finalement, le document concernant les autorisations des ordres professionnels assure d’être conforme sur le plan de la sécurité de nos usagers.»