Le Dynamik a gagné son match à domicile vendredi et le Wild l’a imité samedi. La série demi-finale entre Coaticook et Windsor se poursuivra ce week-end.

Le Wild et le Dynamik maîtres chez eux

La série demi-finale de la Ligue régionale de hockey entre le Wild de Windsor et le Dynamik de Coaticook s’annonce longue. Le premier week-end de cette série n’a pas fait de maître au terme des deux premiers matchs de ce choc entièrement estrien. Vendredi, le Dynamik a comblé un déficit de quatre buts pour l’emporter par la marque de 6 à 4 à domicile. Le lendemain, le Wild a profité à son tour de l’avantage de la patinoire pour empocher une première victoire dans cette série, par la marque de 7 à 4.

« Je me suis senti comme Claude Julien en voyant notre équipe saboter une avance de quatre buts, raconte Sébastien Letarte, l’entraîneur du Wild de Windsor. C’est ce que le monde au bureau prend plaisir à me dire aujourd’hui : que notre club a imité le Canadien. Les revirements et la mauvaise prise de décisions ont causé notre perte vendredi. C’était bien mal connaître le Dynamik, de croire que ce match était terminé à 4-0. Mais heureusement, on a bien rebondi le lendemain. »

En effet, la formation de Coaticook n’a jamais arrêté d’y croire.

« On a tenté de bâtir une culture basée sur le respect de nos amateurs et de nos coéquipiers, raconte Michel Fillion, pilote du Dynamik. On refuse d’abandonner. C’est le mot d’ordre ici. J’insiste encore là-dessus, mais la gestion de nos émotions sera importante dans cette série et c’est grâce à ça que notre club a complété une remontée. Il commençait toutefois à être tard pour se ressaisir. »

Une combinaison d’erreurs a mené le Dynamik vers la défaite samedi.

Profiter de la maison

« Le match a basculé en un peu plus de deux minutes. On revient à la maison vendredi et on souhaite en profiter pour reprendre les devants dans cette série. Chose certaine, les spectateurs ont droit à toute une série remplie de rebondissements. Ça ne coûte que 6 $ venir nous voir et je crois qu’il y en a plusieurs qui ont envie de repayer 6 $ pour revenir! » estime Michel Fillion. 

Dimanche après-midi, ce sera au tour du Wild d’accueillir le Dynamik à Windsor.

« En neuf ans, c’est la première fois que le Wild atteint la demi-finale et on aimerait bien accéder à la prochaine étape, raconte le copropriétaire de l’équipe, Benoît Lefebvre. La réponse des amateurs est super bonne. On a accueilli presque 600 spectateurs même si le match était présenté un samedi plutôt qu’un vendredi soir, comme à l’habitude. »

« On misera sur la constance, la discipline et aussi sur les bonnes performances de notre gardien pour gagner cette série, précise Sébastien Letarte. Sean Julien connaît beaucoup de succès devant son filet depuis deux matchs. Il est en confiance. L’animosité s’installe aussi entre les deux clubs et on sent que la rivalité se forme peu à peu. Ce sera intéressant à suivre. »