Ce n’est qu’au début de la semaine prochaine qu’on pourra ressentir des températures plus chaudes qui pourront faire disparaître la neige, indique Environnement Canada.

Le « vrai printemps » se fait attendre

Il faudra patienter encore quelques jours avant que le printemps s’installe pour de bon en Estrie.

Ce n’est qu’au début de la semaine prochaine qu’on pourra ressentir des températures bien au-dessus des normales pour ce temps-ci de l’année.

Selon Environnement Canada, il fera six degrés lundi et 11 degrés le lendemain. « Nous aurons des températures plus chaudes que la normale qui est à deux degrés le jour », constate Steve Boily, météorologue Environnement et Changement climatique Canada.

« Il y aura en plus du soleil à partir de dimanche. Les températures seront plus chaudes proche de la frontière des États unis. Ça sera le vrai printemps. La neige va fondre. »

M. Boily se réjouit de voir que les températures demeurées fraiches la nuit, ce qui diminuera les risques d’inondation. « La fonte des neiges va ralentir la nuit, ce qui rendra la gestion des cours d’eau plus facile », dit-il.

« Ça va aider à ne pas connaître la même crue printanière comme celle qu’on a connue l’an dernier, si on a un mois d’avril moins pluvieux. »

On devra toutefois garder à l’œil deux dépressions qui viendront s’unir au milieu de la semaine et qui pourraient donner de la pluie sur le Québec.

Bilan

L’équinoxe a eu lieu mardi midi, donnant le coup de départ du printemps 2018… et du même coup la fin de l’hiver. Belle occasion pour dresser un bilan de la saison froide qui se termine.

Selon M. Boily, la température a été sensiblement plus chaude que la normale de près de deux degrés. Il a fait -6,7 degrés en moyenne au lieu des -8,6 normalement. Le mois de décembre a été un peu plus froid, alors que janvier a été un peu plus chaud. Mars sera très près des normales, mais février aura été beaucoup plus chaud avec -4,3 degrés comparativement aux -10,4 degrés de la normale.

« Pour ce qui est de la neige, Magog n’est peut-être pas complètement représentatif au niveau des quantités qui tombent normalement sur votre région, mais il semble que tous les mois ont vu des accumulations inférieures à la moyenne », analyse-t-il.

« Au final, au 21e jour de mars, il serait tombé près de 147 centimètres, alors que normalement Sherbrooke en reçoit autour de 235 centimètres. Ce qui représente près de 90 centimètres de moins. »

Environnement Canada ne s’attend pas à des chutes de neige importantes d’ici la fin du mois.