Le service Sur mon 36 entre bonnes mains

Cette année est une période de changement et d'apprivoisement pour les six élèves de la classe en adaptation scolaire de Chantal Richard, à l'école secondaire du Tournesol de Windsor. En plus d'accueillir un bouvier bernois trois fois par semaine depuis le début de l'année scolaire, le groupe relève un nouveau défi en s'occupant de l'entreprise Sur mon 36 .
Sur mon 36 est ce service de location de robes de bal fondé et géré par Sarah-Ève Fontaine, décédée en juin dernier. Sa mère, Annie Lussier, a repris les rênes, mais a rapidement constaté que la tâche était beaucoup trop ardue.
« C'était rendu trop lourd et surtout très émotif. Je réfléchissais constamment à ce que Sarah-Ève avait pensé de ces robes. J'ai donc décidé de laisser-aller », raconte la maman de trois autres jeunes filles.
Annie Lussier s'est donc tournée vers des gens qu'elle connaît depuis longtemps pour effectuer le transfert de pouvoir. La classe de Chantal Richard était toute désignée pour bien accueillir ce projet et respecter les valeurs d'entraide qu'il véhicule.
« Au début de l'année scolaire, Annie a vérifié notre intérêt de poursuivre le projet Sur mon 36 avec le groupe. Puisqu'elle venait faire de la suppléance en classe, elle connaissait la clientèle avec son autonomie et sa façon de s'investir », mentionne Chantal Richard, enseignante depuis 26 ans en adaptation scolaire.
Dans leur apprentissage, les élèves participent à la formation préparatoire au travail dans laquelle l'autonomie et la participation sociale sont enseignées. « Sur mon 36 est en lien direct avec cet enseignement qui guide l'étudiant dans sa façon d'aider les autres, son école et sa ville », précise Myriam Turcotte, l'éducatrice spécialisée qui accompagne le groupe depuis quatre ans.
La directrice de l'établissement, Caroline Monette, affirme que le projet entrepreneurial a été très bien accueilli par la direction de l'école. « On essaie de promouvoir le plus possible ce genre de projet qui responsabilise les jeunes et leur fait connaître la gestion en entreprise. Aussi, avec l'histoire de Sarah-Ève, ça venait toucher directement le coeur de l'école. »
Le projet Sur mon 36 a également touché particulièrement Myriam Turcotte. « Comme Sarah-Ève, ma mère est une greffée pulmonaire. Avec Annie, ça a toujours été spécial parce que ce n'est pas tout le monde qui peut comprendre le cheminement de quelqu'un dans toutes les étapes d'une greffe. Je vois ce projet comme un hommage à cette jeune femme. Les paillettes et les brillants, c'est comme ça qu'on a connu Sarah-Ève ».
Pour Annie Lussier, de constater que sa fille a eu la chance d'établir quelque chose pour sa communauté malgré son départ lui procure un mélange d'émotion et de soulagement.
« Le mot « continuité » prend beaucoup d'importance puisque Sarah-Ève a laissé sa marque. C'est son bébé et il reste à Windsor, une ville qu'elle considérait comme parfaite ».
Près de 400 robes sont entreposées au point de dépôt de Sur mon 36 , officiellement situé au Tournesol. Aucune transaction monétaire n'est effectuée, hormis un don volontaire suggéré aux locateurs. Le nettoyage des vêtements est obligatoire avant de les ramener sur place.