Le citoyen André Nuyt s’inquiète de voir la municipalité d’Ayer’s Cliff accepter le changement de zonage demandé par le propriétaire de l’auberge Le Ripplecove.

Le Ripplecove veut des condos

Le projet d’expansion du propriétaire de l’auberge Le Ripplecove, Richard Laliberté, a évolué. L’homme d’affaires souhaite maintenant construire des condominiums plutôt que de nouvelles chambres d’hôtel. Le conseil municipal d’Ayer’s Cliff ne ferme pas la porte à sa proposition, mais la réflexion des élus ne serait pas encore complétée.

Selon les informations recueillies par La Tribune, M. Laliberté désire obtenir une modification du zonage en vigueur dans la zone Rec5, où se trouve l’auberge Le Ripplecove. Il aimerait plus précisément que les projets de type « multirésidentiel » soient désormais permis sur place. Cela ouvrirait la porte à la construction de condominiums à l’intérieur de cette zone située en bordure du lac Massawippi.

Dans un premier temps, le propriétaire de l’établissement hôtelier avait indiqué aux autorités municipales d’Ayer’s Cliff qu’il entendait agrandir son auberge. Il prévoyait la construction d’au-delà de 150 nouvelles chambres d’hôtel.

En annonçant à la municipalité le changement de cap qu’il souhaitait effectuer, Richard Laliberté aurait révélé à ses dirigeants qu’il planifiait la construction de plus de 100 condos, pour un investissement se situant « entre 20 et 30 millions $ ». Le nombre d’unités projeté ferait cependant l’objet de négociations, les autorités municipales espérant une diminution de celui-ci.

« Aucun commentaire »

La Tribune a joint M. Laliberté vendredi, mais ce dernier est demeuré avare de commentaires et d’explications. « Je prends les choses une à la fois, a-t-il confié. Ça ne me donne rien de spéculer sur ce qui va arriver. On ne mettra pas la charrue devant les bœufs, alors je ne ferai aucun commentaire. »

Le promoteur a également rappelé avoir soumis un projet d’envergure, il y a plusieurs années déjà, à North Hatley. Un processus réglementaire long et complexe s’en est suivi et, encore aujourd’hui, on ignore comment se terminera ce dossier.

Pour sa part, le maire d’Ayer’s Cliff, Vincent Gérin, confirme que son conseil municipal songe à modifier le zonage dans le secteur du Ripplecove afin de rendre possible la construction de condominiums. Il promet cependant que, si le feu vert est donné par les élus, le processus réglementaire qui s’en suivra sera des plus transparent.

« Je n’ai rien à gagner à cacher des choses aux gens, déclare M. Gérin. J’ai l’intention d’être plus transparent que demandé. Et, de toute manière, les gens n’ont pas à s’inquiéter puisqu’on tiendra une consultation publique en cas de changement de zonage. Moi, ma priorité dans ce dossier, c’est l’environnement et le voisinage. »

La première étape du processus de modification réglementaire prévu pourrait être franchie dès le début de la semaine prochaine, lors d’une assemblée publique du conseil municipal. Mais le maire d’Ayer’s Cliff soutient que la décision finale des élus n’a pas encore été prise. « Il y a des hésitations », admet-il.

Citoyen inquiet

En dépit des assurances offertes par Vincent Gérin, un citoyen habitant à proximité de l’auberge, André Nuyt, avoue avoir des inquiétudes. « C’est un gros projet, mais on a l’impression qu’il est tenu secret », déplore-t-il, ajoutant que bon nombre de ses voisins ont aussi des appréhensions.

M. Nuyt se demande notamment si les infrastructures de la municipalité, les réseaux d’aqueduc et d’égouts au premier chef, supporteraient l’ajout de plusieurs dizaines de nouveaux condos en bordure du lac Massawippi. « J’ai posé des questions et j’ai eu des réponses floues à ce sujet », affirme-t-il.

Enfin, ce citoyen souligne que la construction de nombreux condominiums, en bordure du lac Massawippi, pourrait avoir pour résultat qu’un nombre accru de bateaux commencerait à sillonner ce plan d’eau, ce qui n’est pas souhaitable, d’après lui, pour des raisons environnementales.