Sans donner plus de détails, la porte-parole de la SQ, Aurélie Guindon, a confirmé que « l’autopsie a permis de confirmer que le Magogois Jean-François Henri a été victime d’un homicide ».

Le poste de commandement mobile déplacé à Magog

La division des crimes contre la personne de la Sûreté du Québec tentait, jeudi, de recueillir de l’information pour faire progresser l’enquête entourant le meurtre de Jean-François Henri commis en mars dernier.

Si le poste de commandement mobile a passé une partie de l’avant-midi à la halte routière d’Ulverton où le corps de la victime avait été retrouvé, il a été déplacé en après-midi aux Galeries Orford à Magog.

Lire aussi: Meurtre de Henri: la SQ déplace son poste mobile à Ulverton

La Sûreté du Québec ne veut cependant pas confirmer que le déplacement du poste de commandement mobile vers Magog a un lien avec le meurtre de Jean-François Henri.

« On peut confirmer que les démarches des enquêteurs dans la région ont permis de recueillir des éléments d’enquête. L’enquête se poursuit dans la région. Le poste de commandement a été déployé à Ulverton pour recueillir des informations afin de faire progresser l’enquête » explique la porte-parole de la SQ en Estrie, la sergente Aurélie Guindon.

Le corps de Jean-François Henri a été retrouvé tôt au matin du 19 mars dernier en bordure de la halte du Moulin à Ulverton sur l’autoroute 55.

C’est à cet endroit précis que le poste de commandement mobile a été déployé.

« L’autopsie a permis de confirmer qu’il s’agit d’un homicide. Nous ne pouvons révéler d’autres détails pour le moment », mentionne la porte-parole de la SQ.

Jean-François Henri, 41 ans, de Magog a été retrouvé sans vie vers 7 h par un passant. L’homme était connu pour sa feuille de route criminelle bien garni. Henri a trempé dans des affaires criminelles au cours des dernières années autant à Drummondville qu’à Magog. La Sûreté du Québec (SQ) demande l’aide du public afin de recueillir des informations sur cet homicide.

Toute information peut également être transmise, de façon confidentielle, à la Centrale de l’information criminelle de la Sûreté du Québec au 1 800 659-4264.