La reconstruction du centre de services Le Cerisier, au parc national du Mont-Orford, devrait s'amorcer à court terme. Le bâtiment qui sera construit ressemblera à celui que l'on aperçoit sur cette image.

Le parc du Mont-Orford poursuit sa cure de rajeunissement

Le parc national du Mont-Orford poursuit sa cure de rajeunissement : après des travaux majeurs au camping et à la plage du secteur du Lac-Stukely l'an dernier, on démolira puis reconstruira le centre de services Le Cerisier à court terme. Des millions de dollars additionnels seront donc à nouveau investis dans les infrastructures de l'aire protégée, visitée par plusieurs centaines de milliers de personnes tous les ans.
Selon l'échéancier actuel, la démolition du Cerisier aura lieu durant la première moitié du mois d'avril prochain. La reconstruction suivra peu de temps après. La Société des établissements de plein air du Québec (Sépaq) espère que le public pourra utiliser le futur bâtiment dès la prochaine période des Fêtes de fin d'année.
L'appel d'offre relié à la démolition du bâtiment actuel ainsi que celui lié à la construction du futur édifice seront lancés à très court terme. La Sépaq possède une estimation du coût des travaux, mais préfère ne dévoiler aucun chiffre publiquement à ce stade-ci.
La firme Anne Carrier architecture a été chargée de dessiner les plans du bâtiment. « Ce sera une construction moderne en bois avec beaucoup de fenêtres. Elle s'intégrera bien au milieu naturel », assure la directrice du parc du Mont-Orford, Brigitte Marchand.
Du même souffle, Mme Marchand note qu'Anne Carrier architecture a également signé les plans d'un autre immeuble actuellement en construction dans le secteur du Lac-Fraser, au parc du Mont-Orford. La reconstruction de cet autre édifice est devenue nécessaire en raison d'un incendie survenu il y a un an environ.
Avant d'opter pour une construction entièrement neuve, on a jonglé avec l'idée de conserver une partie de la structure du Cerisier et de donner une nouvelle apparence à celui-ci. Mais ce scénario a finalement été écarté.
« Sauver l'immeuble actuel aurait fait grimper la facture des travaux, affirme Brigitte Marchand. En plus, en reconstruisant un peu plus loin, on sort l'immeuble de la bande riveraine et on règle ainsi un problème en lien avec la réglementation en vigueur. »
Durant les travaux
Pour la durée des travaux, les employés du service à la clientèle qui travaillent au Cerisier seront transférés à l'intérieur d'une roulotte qui sera installée dans un stationnement à proximité du bâtiment.
La guérite située à l'entrée du secteur Stukely sera quant à elle déplacée de quelques centaines de mètres alors que les stationnements un et deux seront fermés.
Notons par ailleurs qu'un nouveau sentier multifonctionnel d'une longueur de près de six kilomètres sera aménagé à l'intérieur de l'aire protégée à moyen terme. Il permettra de se rendre du Cerisier au secteur Fraser. Cyclistes, marcheurs et skieurs devraient pouvoir l'emprunter. Son inauguration est prévue en 2018.
« Ça bouge au parc, un lieu que beaucoup de gens aiment, lance Mme Marchand. Notre objectif est de créer du dynamisme et on prend les moyens pour arriver à ça. »
L'an dernier, le parc du Mont-Orford a inauguré des installations toute neuves à la plage du lac Stukely et rouvert son principal camping après des travaux majeurs. Le coût de la facture pour cette première phase : plus de six millions $.