La Sépaq veut ajouter une quarantaine de kilomètres de sentiers pour les adeptes de vélo de montagne dans le parc national du Mont-Orford.

Le mont Orford sur deux roues

La Société des établissements de plein air du Québec (Sépaq) songe à se lancer dans le vélo de montagne de façon sérieuse. Mais, puisqu’elle n’a pas l’habitude de foncer tête baissée, elle réalisera un projet-pilote dans le parc national du Mont-Orford.

Un réseau de sentiers pour vélo de montagne d’environ 10 kilomètres sera développé au parc national du Mont-Orford, dans le secteur de l’étang aux Cerises, au cours des prochains mois.

La Sépaq a récemment publié un appel d’offres afin de dénicher une entreprise pour aménager les futurs sentiers, qui s’adresseraient principalement aux cyclistes débutants et intermédiaires. Possédant une expertise reconnue en matière de cyclisme, Vélo Québec est déjà partenaire de l’initiative.

Selon les informations dévoilées, les sentiers seront accessibles dès la prochaine saison hivernale avec des vélos d’hiver. Les vélos de montagne à proprement parler pourraient quant à eux les sillonner à compter du printemps 2019.

Vice-présidente des parcs nationaux et des campings à la Sépaq, Catherine Grenier confie que le parc du Mont-Orford a été choisi pour la réalisation du projet-pilote en raison de « son bassin démographique, du potentiel de son territoire ainsi que de l’enthousiasme de la population de l’Estrie » à l’égard du sport concerné.

Directrice du parc du Mont-Orford, Brigitte Marchand souligne pour sa part que la création d’un réseau réservé aux amateurs de vélo, à l’intérieur de cette aire protégée, « sera avantageuse non seulement pour les cyclistes, mais aussi pour les randonneurs. »

Rappelons à ce sujet que le parc du Mont-Orford a commencé à accueillir les vélos d’hiver au cours des derniers mois. Ceux-ci roulaient cependant sur des sentiers qui étaient déjà empruntés par des randonneurs et la cohabitation entre les deux clientèles n’était pas parfaite à tout moment.

Quoi qu’il en soit, si tout se passe bien, on envisage d’aménager des sentiers supplémentaires pour le vélo de montagne dans le parc du Mont-Orford et dans des parcs nationaux ailleurs dans la province.

La station Mont Orford

Alors que la Sépaq annonce ce projet-pilote, la station Mont Orford révèle avoir également l’intention d’accueillir les cyclistes sur le territoire qu’elle exploite dans un proche avenir.

« On veut travailler avec la Sépaq dans ce dossier, indique le directeur général de la station Mont Orford, Pascal Mongeau. En ce moment, j’attends un document de la part d’un groupe de passionnés qui doit nous proposer une façon de fonctionner pour le développement du secteur Alfred-DesRochers. On présentera ensuite le dossier à la Sépaq et on verra ce qu’il est possible de faire. »

M. Mongeau précise qu’il n’est pas question de créer des sentiers de descente desservis par un télésiège comme on en retrouve à Bromont, par exemple. Les premiers sentiers verraient le jour directement dans les pistes de ski et les sous-bois de la station.