Le mont Orford sera accessible aux randonneurs dès le jeudi 28 mai, mais l’accès ne sera plus gratuit.
Le mont Orford sera accessible aux randonneurs dès le jeudi 28 mai, mais l’accès ne sera plus gratuit.

Le mont Orford rouvre… et instaure des frais d’entrée

SHERBROOKE – Le mont Orford sera accessible aux randonneurs dès le jeudi 28 mai, mais l’accès ne sera plus gratuit. 

Sauf pour les habitants de la MRC de Memphrémagog et les abonnés de la saison de ski 2020-2021 dont l’abonnement a été acheté avant le 1er juin, l’entrée au mont sera désormais payante pour les adultes dès le 20 juin. 

À LIRE AUSSILa réouverture du mont Orford approche

Les tarifs étudiant et régulier sont de 8 $ par jour, et respectivement de 30 $ et 40 $ pour toute la saison estivale. 

« Les gens sont très nombreux à venir marcher ou s’entraîner à la montagne et la majorité cherche à avoir davantage de services et d’installations, sans compter le minimum de travaux d’entretien que l’on doit faire en tout temps. C’est donc dans le but de répondre à leurs besoins, d’encadrer la pratique du sport et surtout d’améliorer leur expérience qu’un frais sera maintenant demandé », explique Simon Blouin, directeur général de la Corporation Ski & Golf Mont-Orford, dans un communiqué. 

Jacques Demers, président de la Corporation, ajoute que plusieurs sites de plein air de la région sont déjà payants, par exemple le mont Gosford, le mont Ham, le Parc de la Gorge de Coaticook, le Parc d’environnement naturel de Sutton et les sites de la Sépaq.

L’argent récolté avec les entrées payantes sera réinjecté dans l’entreprise et servira au bon fonctionnement du site lors de toutes les saisons et toutes les activités.

À noter que lors des événements spéciaux, la tarification ne s’appliquera pas. 

Le site sera donc accessible aux adeptes de plein air et de randonnée pédestre du lever au coucher du soleil, et les services seront disponibles de 8 h à 20 h pour la période estivale.

La décision de ne pas rouvrir la montagne en même temps que l’ouverture graduelle des territoires de la Sépaq le 20 mai a beaucoup fait réagir dans la région. L’administration avait toutefois justifié sa décision en raison de l’état du sol et de la neige tardive.