Le MTQ a été surpris par une pluie soudaine quelques minutes après avoir procédé au marquage de la chaussée dans les municipalités de Saint-Georges-de-Windsor, Wotton et Windsor jeudi dernier.

Le marquage frais balayé par la pluie

Des travaux de marquage réalisés quelques instants avant une pluie soudaine ont suscité plusieurs inquiétudes dans les municipalités de Saint-Georges-de-Windsor, Wotton et Windsor la semaine dernière.

À la suite des travaux réalisés par le MTQ le 26 septembre, une partie de la peinture jaune qui n’était pas encore complètement sèche a ruisselé sur la chaussée.

Sur les réseaux sociaux, des citoyens ont dénoncé la situation, s’inquiétant également des particules émises dans l’environnement.

Chaque année, les lignes longitudinales, donc les lignes du centre de la route et celles de l’accotement, sont rafraîchies entre le mois de mai et le mois d’octobre.

« Le marquage se fait à partir de peinture au latex, donc, de la peinture à base d’eau, explique Dominique Gosselin, porte-parole du MTQ en Estrie. Les travaux ne sont jamais réalisés lors d’une pluie. Le MTQ vérifie toujours les prévisions météorologiques avant de planifier ces travaux. Au moment des vérifications, il ne prévoyait pas de précipitations lors de cette journée. Il y a eu une pluie soudaine qui s’est abattue quelques minutes après que le MTQ ait terminé ses travaux dans les zones de 50 km/h. »

« Le MTQ est resté sur place à ce moment. Il y a des cônes qui ont été installés pour que les usagers évitent de circuler sur la peinture et il y a des employés qui ont géré la situation. Les employés invitaient les gens à ralentir pour ainsi éviter que la peinture rejaillisse sur les voitures », affirme Mme Gosselin.

À cela, elle ajoute que, le lendemain, le MTQ est retourné sur les lieux pour s’assurer qu’il n’y ait aucune trace de peinture sur la chaussée.

« Les lignes sont par ailleurs intactes, elles n’ont pas à être refaites. C’est une situation exceptionnelle. Il n’y a pas de résidus qui sont restés, la peinture a tenu. Normalement, le temps de séchage est de cinq minutes. Néanmoins, sur la surface, il y avait de la peinture encore liquide. Donc, l’excédent a ruisselé. De plus, puisque c’est un produit à base d’eau, il n’est pas considéré comme nocif pour l’environnement », informe Mme Gosselin.