Philippe Pagé

Le maire de St-Camille a dû écourter sa mission en France

SAINT-CAMILLE - Si la tempête automnale de l'Halloween a créé plusieurs ravages dans les différentes municipalités, elle a aussi engendré un esprit de communauté. À Saint-Camille, le maire Philippe Pagé a même cru bon écourter sa mission d'échange de 10 jours en France pour revenir prêter main-forte à ses concitoyens.

Depuis vendredi, à cause d'une panne d'électricité générale, la municipalité de Saint-Camille était plongée dans le noir. Ce n'est que dimanche en début d'après-midi que les citoyens ont retrouvé l'électricité. Néanmoins, le dépanneur situé au village pouvait poursuivre ses activités grâce à une génératrice.

Alors qu'il était en France, M. Pagé suivait de près la situation via internet en plus de communiquer de l'information aux citoyens sur sa page Facebook. C'est en constatant les dommages causés par les vents violents qu'il a fait le choix de revenir quatre jours avant la fin du voyage.

« Selon moi, lorsqu'il se produit de tels événements, la place d'un maire est parmi ses citoyens. Du côté des opérations, c'est la directrice générale qui s'en occupe, mais j'ai tout de même un contact avec les citoyens. C'est important d'être là quand ça compte. Lors de cette galère, je ne me voyais pas rester en France », explique-t-il humblement.

Bien qu'une tournée de résidences eût été faite samedi, M. Pagé a décidé d'y retourner le lendemain de son retour.

« Nous avions déjà ciblé quelques personnes comme des aînés ou des gens ayant une condition médicale quelconque. Il y a aussi plusieurs personnes qui chauffent leur maison au bois. Il y a donc un risque qu'il manque de bûches. Nous avions ciblé ces gens et on est retourné les voir dimanche. Pour nous, ces citoyens qui passaient deux nuits sans électricité étaient un enjeu «, affirme M. Pagé.

À cela, il ajoute que le P'tit bonheur a par ailleurs ouvert ses portes à ces gens afin de les accueillir pour un repas et un café.

Entraide

Lors de ces quelques jours sans électricité, les citoyens de la ville se sont entraidé. Selon le maire, la solidarité ne se fait pas rare à Saint-Camille.

« À cause de la petite taille de la municipalité, on retrouve une certaine entraide à Saint-Camille. Il y a aussi une équipe qui est prête à se mobiliser pour aider les autres. C'est naturel ici et c'est important de se serrer les coudes dans de telles circonstances «, souligne le maire de Saint-Camille en énumérant des exemples de bonnes actions des citoyens.

« Il y a des gens qui ont accueillis d'autres personnes de la municipalité dans leur demeure, enchaine-t-il. Il faut dire que nous avons beaucoup appris de la crise du verglas. »

Mission

Jumelé aux communautés françaises Le Favril et La Nouvelle-Aquitaine, Saint-Camille a reçu l'appui du ministère des Affaires internationale pour une commune à Faux-la-Montagne.

« Faux-la-Montagne est un peu comme le Saint-Camille de la France. Ils ont eu à vivre plusieurs défis démographiques et économiques. C'était une mission double. Il y avait un volet municipal et administratif et un volet culturel », informe M. Pagé.

À la suite de cette mission, il souhaite s'inspirer des quartiers écoresponsables qui ont une autonomie d'énergie.

« On est présentement accompagné d'urbanistes afin de pouvoir faire la même chose. C'était très inspirant. Ce sont des choses que nous allons pouvoir exploiter ici au Québec. Nous voulons créer un quartier à Saint-Camille sans avoir à empiéter sur la zone agricole. On veut offrir un endroit où les gens peuvent venir vivre et on veut le faire à notre façon. Saint-Camille est un milieu rural avec plusieurs services », ajoute-t-il.