Sylvain Brousseau et Mathieu Gosselin font partie de la quinzaine de bénévoles qui donnent vie au Fat Bike Lac Brompton.

Le fat bike en expansion à St-Denis [VIDÉO]

La pratique du fat bike prend de l’ampleur, à Saint-Denis-de-Brompton.

Depuis maintenant trois ans, les amateurs de ce vélo aux pneus cloutés surdimensionnés résidents du secteur ont petit à petit développé un réseau de sentiers qui atteint maintenant 15 kilomètres. Cette pratique récréative hivernale est en pleine expansion et les projets connexes ne manquent pas.

À LIRE AUSSI: Fat bike : « C'est le tourisme de demain »

Dimanche, un représentant de la boutique sportive Vélo Shermont attendait les cyclistes dans le petit stationnement du Chemin de la Côté de l’artiste avec les nouveaux modèles de fat bike.

Tout près, les sentiers s’enfoncent dans les bois, principalement sur les terrains du Domaine du lac Brompton.

Originaire de Montréal, Sylvain Brousseau a rapidement vu le potentiel pour la pratique de son sport hivernal préféré, lui qui réside près du lac Desmarais.

« Quand on est arrivés ici, il n’y avait que deux fat bikes, le mien et celui de ma copine. Nos voisins étaient curieux de nous voir sur ces engins et ils se sont informés. Maintenant, on a une vingtaine de voisins qui ont leur propre fat bike », a-t-il expliqué.

D’une pratique plutôt marginale sur un réseau qui demeurait à bâtir il y a trois ans, l’OSBL (organisme sans but lucratif) Fat Bike Lac Brompton a maintenant 15 km de sentiers, dont huit créés l’été passé.

« Avant, c’était pour les résidents seulement. Mais on a rapidement constaté l’engouement pour la fréquentation de nos sentiers. On s’est dit que ce serait intéressant de mettre sur pied un OSBL, afin de garder le contrôle, entretenir les pistes et développer le site. On a fait des demandes de subventions à la ville, à la MRC (Val-Saint-François), on a été chercher des commandites », a précisé Mathieu Gosselin, membre organisateur de Fat Bike Lac Brompton.

Pour l’instant, le site offre des pistes aux cyclistes débutants et intermédiaires.

« L’été passé, après plus de 240 heures de bénévolat, on a défriché un 5 km de sentier. L’an prochain, on prévoit développer un autre huit kilomètres », a dit M. Gosselin.

« On circule essentiellement sur les terrains du lac Brompton, à hauteur de 90 %. Les autres 10 %, ce sont des résidents qui nous offrent le droit de passage. C’est un paradis ici, on a de tout pour les activités extérieures », a dit Sylvain Brousseau.

« Il y a beaucoup de chalets à louer, ici, alors le tourisme est fort. Dès l’an prochain, on aimerait offrir la location de fat bikes et de raquettes. La pratique du fat bike connaît une croissance fulgurante, le potentiel de ce site est incroyable. C’est beaucoup de temps, mais avec la quinzaine de bénévoles qui donne un coup de main, on y prend un réel plaisir. On s’informe à gauche et à droite, dont auprès d’Empire 47 (lac-Delage et Stoneham) pour améliorer l’entretien. On a même acheté une motoneige l’an passé pour damer les pistes. Je suis un passionné de vélo, je vais même travailler en vélo, l’été. Je suis rapidement tombé en amour avec la pratique du fat bike. Et ici, on aimerait devenir une référence pour la pratique du sport dans les Cantons-de-l’Est », a dit Mathieu Gosselin.

Des passes quotidiennes sont en vente au coût de 10 $, alors que la passe de saison est au coût de 40 $.

Le fat bike existe depuis le milieu des années 1980, mais sa commercialisation à grande échelle ne s’est amorcée qu’il y a une dizaine d’années.