Une campagne de financement pour les travaux de restauration de l’église a été lancée par le curé Daniel Gilbert, mardi à la boutique La Trouvaille. Une première somme de 53 000 $ devra être récoltée avant d’entamer la phase finale du projet destiné à assurer la pérennité du joyau patrimonial.

Le curé veut amasser 53 000 $ pour restaurer l’église Saint-Louis-de-France

La majestueuse église Saint-Louis-de-France d’East Angus a besoin d’amour pour continuer de briller de tous ses feux. La boutique Les Trouvailles mettra les bouchées doubles au cours des deux prochaines années pour lui en offrir.

Une campagne de financement pour les travaux de restauration de l’église y a été lancée mardi. Une première somme de 53 000 $ devra être récoltée avant d’entamer la phase finale du projet destiné à assurer la pérennité du joyau patrimonial.

La dernière phase des travaux, qui consiste à restaurer les joints de pierre, les contreforts et les rosaces, vient tout juste de commencer au coût de 175 000 $.

« Le gouvernement provincial s’est engagé à financer 70 % du montant total, soit 123 000 $. Les 53 000 $ restants devront être amassés par le milieu. On mise donc sur la boutique Les Trouvailles, une brocante voisine de l’église, pour recueillir cette somme cruciale à la reconfiguration de notre magnifique église », explique le curé Daniel Gilbert, qui mène l’effort de financement.

Depuis le début des travaux, en 2007, une somme de 3 M$ a été investie, dont 1 M$ provenant des différentes activités de financement. La boutique Les Trouvailles, tenue par des bénévoles, a permis d’amasser plus de 155 000 $ depuis 2012. Le curé Gilbert invite la population à fréquenter la boutique de manière à financer le 53 000 $ nécessaire à cette phase des travaux, ainsi que la dernière somme de 200 000 $.

« La phase finale des travaux consistera à refaire la façade et les fenêtres, entre autres, au coût de 1,3 M$. Si on réussit à amasser 400 000 $, le gouvernement financera 70 % du projet. Nos partenaires nous ont déjà fourni la moitié de ce montant, à notre plus grand bonheur, ce qui nous laisse avec 200 000 $ à amasser d’ici 2023, de manière à avoir fini les travaux pour son centième anniversaire. » 

Roue de solidarité

« La boutique Les Trouvailles permet non seulement d’amasser des fonds pour la restauration de l’église, mais offre également des biens de qualité à prix abordable, indique Marie Roy, fondatrice de la boutique. C’est une roue de solidarité qui tourne dans la communauté et tout le monde en sort gagnant. Mine de rien, les membres de la communauté participent eux aussi à la restauration de leur église. Sans l’appui de précieux bénévoles, le succès de la petite boutique ne saurait être aussi retentissant, tout comme le succès de la campagne de financement pour la restauration de notre église. »

Le député de Mégantic, François Jacques, était sur place pour le lancement de la campagne de financement. « Je suis heureux d’annoncer cet investissement de 123 000 $ à l’effort de restauration. Par cette aide financière, le gouvernement contribue à la conservation de cet important élément de notre patrimoine religieux. Les travaux de restauration permettront ainsi à la communauté de léguer un bel héritage aux générations futures », a déclaré M. Jacques.

« On a tous été témoins du terrible incendie qui a détruit une grande partie de la cathédrale Notre-Dame de Paris. Peu importent nos croyances, nous avons ressenti la peine et la douleur qu’un patrimoine mondial aussi connu s’envole en fumée. Ce qui m’a frappé, c’est l’attachement que tous partageaient envers cet édifice et surtout la volonté exprimée clairement de la rebâtir. J’imagine que si une telle catastrophe arrivait ici on réaliserait comment cet édifice a une valeur inestimable dans nos cœurs. Voilà pourquoi on s’entête à le maintenir en santé en le restaurant », reprend le curé Gilbert.