Jean-Guy Gingras, président du Comité de vigie Memphrémagog : « C’est un peu utopique de penser qu’un nouveau conseil d’administration sera nommé pour l’hôpital de Magog. Malgré tout, ça prend plus de gouvernance locale. »

Le Comité de vigie de l’hôpital de Magog enterre la hache de guerre

Un groupe restreint de représentants du Comité de vigie Memphrémagog a pu rencontrer la présidente-directrice générale du Centre intégré universitaire de santé et des services sociaux (CIUSSS) de l’Estrie - CHUS, Patricia Gauthier. Le président du comité, Jean-Guy Gingras, est ressorti de la rencontre satisfait et davantage confiant qu’avant celle-ci.

Lors de la rencontre tenue vendredi dernier, M. Gingras était accompagné par la mairesse de Magog, Vicki-May Hamm, et le maire de Potton, Jacques Marcoux, qui sont également membres du Comité de vigie Memphrémagog. Mme Gauthier, quant à elle, était notamment en compagnie de Stéphane Tremblay, président-directeur général adjoint du CIUSSS de l’Estrie - CHUS.

Lire aussi: Le Comité de vigie dénonce le manque d’écoute du CIUSSS

Hôpital de Magog: le comité de vigie en appelle au premier ministre

« J’ai appris plus dans cette rencontre que durant les 18 mois précédents. Il n’y avait pas la même transparence avant ça », reconnaît le président du comité, qui cherche à protéger les services de santé offerts dans la région de Magog.

Le dialogue étant rétabli entre le Comité de vigie Memphrémagog et le CIUSSS, les deux parties ont déjà planifié une nouvelle rencontre au début du mois d’août. Il devrait alors être possible de commencer à élaborer des pistes de solution pour les problématiques identifiées.

La question de la « gouvernance locale » demeure un enjeu majeur pour le groupe présidé par Jean-Guy Gingras. Il n’y a plus de conseil d’administration ni de directeur général, à la tête du centre de santé de Magog, et cela constitue deux irritants importants pour le comité.

« C’est un peu utopique de penser qu’un nouveau conseil d’administration sera nommé pour l’hôpital de Magog. Malgré tout, ça prend plus de gouvernance locale. Une structure mieux adaptée pourrait être mise en place », observe M. Gingras, qui tient à ce qu’un directeur général soit nommé au centre de santé de Magog.

Ce dernier se montre par ailleurs critique à l’égard de la structure globale du CIUSSS de l’Estrie, qui fonctionne selon lui en silo. « Les silos, on voit de moins en moins ça dans le secteur privé. Et ça ne marche pas avec les hôpitaux en région comme le nôtre. »

Les horodateurs

Jean-Guy Gingras espère aussi que le CIUSSS sera en mesure de faciliter la vie aux usagers qui souhaitent se stationner autour des établissements de santé de l’Estrie. De nouveaux horodateurs ont été installés récemment et de nombreux usagers ont déploré leur fonctionnement.

« Pendant un moment, on pensait que les horodateurs avaient été imposés par Québec pour l’ensemble de la province. Mais on a appris par la suite que non, que c’était une décision régionale. On a l’intention de travailler ce dossier-là avec le CIUSSS pour que ça s’améliore. »
En dépit de l’ouverture qu’il a sentie chez les dirigeants du CIUSSS, le Comité de vigie Memphrémagog a encore l’intention de faire circuler une pétition demandant une amélioration des soins de santé dans la région de Magog. Le groupe veut mobiliser des centaines de bénévoles pour récolter des signatures dans toute la MRC de Memphrémagog.