Le président de la Fédération québécoise des municipalités Jacques Demers confie que l'exercice d'équilibre budgétaire en période de pandémie est très délicat pour les élus.
Le président de la Fédération québécoise des municipalités Jacques Demers confie que l'exercice d'équilibre budgétaire en période de pandémie est très délicat pour les élus.

Le citoyen doit rester au cœur des préoccupations des municipalités

Se livrer à un exercice de gestion serrée des dépenses municipales tout en évitant de mettre davantage de pression fiscale sur le citoyen et les entreprises, voilà le délicat exercice que les municipalités doivent effectuer.

Pour le président de la Fédération québécoise des municipalités (FQM) Jacques Demers, il faut éviter de reporter à plus tard les questions financières tant pour les citoyens que les entreprises.

Celui qui est maire de Sainte-Catherine-de-Hatley mentionne que le paiement des taxes dues pour le mois de mai a été reporté en août dans sa municipalité. Cependant, il est conscient que cette formule adoptée par plusieurs administrations municipales comporte ses limites.

« Même si l’on permet ce type de report, il n’en demeure pas moins que le montant devra tout de même être payé par le citoyen », rappelle Jacques Demers.

Le report du revenu d’une partie des taxes foncières pour les municipalités entraînera un impact sur les liquidités.

« Au moins, nous devons gérer cette donnée dans un contexte où les taux d’intérêt sont très bas. À plus long terme, il faut s’assurer de limiter les hausses de taxes pour ne pas surcharger le citoyen. Il faut travailler pour notre citoyen et faire attention au prochain compte de taxes », estime Jacques Demers.

Il signale que la donnée des mises à pied d’employés municipaux est un autre facteur qui doit être considéré par les administrations municipales dans leur analyse financière.

Mises à pied qui ont aussi touché plusieurs entreprises.

« Il faut aussi prévoir l’impact de ces fermetures pour les entreprises sur nos territoires. Nous serions bien mal venus comme municipalités d’augmenter le compte de taxes alors que certaines entreprises se retrouvent en difficultés financières. Il faut travailler à conserver un taux de taxes intéressant tant pour nos entreprises que pour nos citoyens. C’est un devoir des administrations municipales », estime Jacques Demers.

La FQM a demandé à la ministre de la Sécurité publique et vice-première ministre du Québec Geneviève Guilbault de reporter les paiements des cotisations à la Sûreté du Québec pour septembre et décembre.

« Pour certaines municipalités qui rencontrent des problèmes de liquidité en raison de la crise, cette mesure pourrait les aider. Cette contribution à la SQ représente une dépense importante », rappelle le président de la FQM.