L’étape du vote pour choisir le nouveau nom de la ville d’Asbestos, prévue au mois d’avril, est reportée à une date ultérieure.
L’étape du vote pour choisir le nouveau nom de la ville d’Asbestos, prévue au mois d’avril, est reportée à une date ultérieure.

Le changement de nom sur pause à Asbestos

Simon Roberge, Initiative de journalisme local
Simon Roberge, Initiative de journalisme local
La Tribune
La pandémie de la COVID-19 a aussi des conséquences sur le processus de changement de nom de la Ville d’Asbestos. L’étape du vote, prévue au mois d’avril, est reportée à une date ultérieure. Aucune date quant à une éventuelle reprise n’a été déterminée pour l’instant.

« Ce n’est pas la fin du monde si c’est en mai ou en juin et si c’est en septembre, ce sera en septembre, lance Hugues Grimard, maire d’Asbestos. Les gens n’ont pas la tête à ça et le message doit être que les gens doivent rester chez eux. On va attendre que tout reparte avant de prendre cette grande décision, ce n’est pas le bon moment. »

Les noms retenus pour le vote final seront dévoilés tout juste avant l’étape du vote.

M. Grimard confirme que le processus suit son cours et que le comité de sélection a retenu moins de 10 noms parmi les près de 500 reçus. La liste finale devrait en compter entre trois et cinq.

Rappelons que c’est un système de vote préférentiel qui a été retenu pour choisir le nouveau nom de la ville. Les citoyens auront donc à classer les noms par ordre de préférence.Le vote sera ouvert seulement aux résidents d’Asbestos. La Ville a de plus ouvert le vote aux résidants de 14 ans et plus. Ils pourront voter s’ils sont accompagnés de leurs parents et fournissent une pièce d’identité avec photo.

Six propositions de Greenpeace

Que dites-vous de « Bicknell », « Lamproie », « Listère », « Blongios », « Chevalier » ou « Apalone » comme nouveau nom pour la ville d’Asbestos ? Ce sont les suggestions inspirées d’espèces menacées de la région faites par l’organisme Greenpeace.

« Nous vivons présentement une période de crise. Les gens sont inquiets pour leurs proches, leur famille, leurs amis et beaucoup se sentent isolés à la maison. Nous avons collectivement besoin d’espoir et ce projet peut représenter un renouveau dans un certain sens », a expliqué Marie-Josée Béliveau, chargée de campagne Nature et Alimentation chez Greenpeace Canada. « La ville d’Asbestos a une occasion en or ici de devenir un symbole de préservation de la biodiversité à travers le monde. » 

  • « Bicknell » provient de la grive de Bicknell (catharus bicknelli), un petit oiseau vivant en Estrie et désigné vulnérable au Québec depuis 2009;
  • « Lamproie » est quant à lui inspiré par la lamproie du Nord (ichthyomyzon fossor), un petit poisson d’eau douce présent en Estrie et menacé au Québec depuis 2009; 
  • « Listère » vient de la listère du Sud (neottia bifolia), une plante de la famille des orchidées déjà observée en Estrie et désignée menacée au Québec depuis 2010;
  • « Blongios » est un oiseau échassier présent en Estrie et désigné vulnérable au Québec depuis 2009;
  • « Chevalier », inspiré par le chevalier de rivière (moxostoma carinatum), est un grand poisson déjà observé en Estrie et désigné vulnérable au Québec depuis 2009;
  • « Apalone » provient de la tortue-molle à épine (apalone spinifera), une tortue à carapace molle qui a déjà été observée en Estrie et désignée menacée au Québec depuis 2000.