La Ville de Magog a rouvert le tronçon de la rue Principale qui était fermé depuis plusieurs mois en raison d’un chantier majeur.

Le centre-ville de Magog enfin rouvert

Un moment presque historique s’est produit vendredi midi, au centre-ville de Magog, quand la Ville de Magog a procédé à la réouverture du tronçon de la rue Principale qui était fermé depuis plusieurs mois pour la concrétisation d’un chantier routier de grande ampleur.

Commerçant bien connu à Magog, le chocolatier Vanden Eynden était présent à la courte cérémonie tenue pour souligner la fin des travaux vendredi. « On est tous très heureux, nous les commerçants. On invite les gens à venir nous voir au centre-ville. Ils vont découvrir un lieu vraiment beau et plaisant », a-t-il lancé lorsque interrogé par La Tribune.

Quelques dizaines de travailleurs ayant œuvré sur le chantier ont également assisté à la cérémonie organisée par la Ville de Magog. Ils ont eu droit à des remerciements bien sentis de la part de la mairesse suppléante de la municipalité, Nathalie Pelletier.

« Nous avons été chanceux parce que nous avions un entrepreneur local consciencieux qui avait à cœur la réussite du chantier. Quant aux employés, on entendait souvent dire qu’ils étaient aux petits oignons avec les gens au centre-ville », a affirmé Mme Pelletier.

Directeur des opérations chez Germain Lapalme et fils, Vincent Lapalme affichait une grande fierté vendredi en début d’après-midi. « Je suis vraiment content de l’image qu’on a donnée de notre entreprise pendant la réalisation des travaux », a-t-il reconnu.

Le contrat empoché par Germain Lapalme et fils dépasse légèrement les 12 millions $. M. Lapalme affirme que son entreprise tenait à réaliser les travaux prévus au centre-ville et qu’elle a pour cela déposé une offre qui lui apparaissait extrêmement compétitive. Elle a ainsi pu battre les deux autres soumissionnaires au moment de l’appel d’offres.

« C’était un chantier très complexe. La question des accès pour piétons vers les commerces était une grosse contrainte. Puis on devait aussi remplacer les conduites de gaz et préparer le terrain pour l’enfouissement des fils. Malgré les difficultés, ça a bien fonctionné. On ne sait jamais comment les choses se dérouleront, notamment à cause de la météo, mais ça a bien avancé », note le directeur des opérations de Lapalme et fils.

Un rêve

Ancienne coprésidente du comité de revitalisation du centre-ville de Magog, la conseillère municipale Diane Pelletier a rappelé vendredi qu’elle rêvait au chantier réalisé dès son entrée en politique en 2009. « C’était un rêve lointain au départ », a-t-elle convenu.

Tout en félicitant les commerçants pour leur attitude durant les travaux, Diane Pelletier a rappelé que la seconde phase du chantier se concrétisera lors du printemps 2020. Aucune fermeture de rue de longue durée n’est cependant planifiée durant cette deuxième phase.

Rappelons qu’une seconde couche d’asphalte sera étendue sur le tronçon de la Principale compris entre les rues Merry et Sherbrooke. Les poteaux électriques seront également retirés et on ajoutera de la végétation.

Simon Lacroix, propriétaire d’Espace boutique Lacroix.

« Symbolique »

Propriétaire du commerce de vêtements Lacroix espace boutique, Simon Lacroix estime que le retrait des entraves à la circulation était un événement surtout « symbolique ».

« Ça arrive juste avant Noël et c’est une bonne chose. Il y a d’ailleurs des clients qui sont soulagés et heureux. Mais, pour ma part, ça fait déjà depuis le mois de septembre que ma clientèle est en bonne partie de retour », indique M. Lacroix.

Le propriétaire de Lacroix espace boutique reconnaît que l’année 2019 aura été décevante pour son commerce sur le plan des revenus. Par contre, il entrevoit visiblement l’avenir avec optimisme. « On est rendus dans les ligues majeures avec notre centre-ville maintenant. Il est vraiment accueillant pour tous ceux qui ont le goût de marcher », lance-t-il.

Michèle Sévigny confie que son restaurant, La Piazzetta, n’a pas connu une baisse de revenus très forte en raison des travaux au centre-ville. On la reconnaît ici avec sa fille, Maude Langlois.

L’heure de rénover

Copropriétaire du restaurant La Piazzetta, Michèle Sévigny révèle que le chantier n’a pas entraîné de baisse de revenus majeure pour son commerce. « Je parlerais d’une petite baisse. Il faut dire qu’on a toujours été accessible assez facilement. On s’était installé des pancartes et on a laissé entrer les clients par l’arrière pendant un certain moment », raconte-t-elle.

Quand on lui demande son opinion au sujet des travaux effectués, Mme Sévigny mentionne que le centre-ville est devenu « tellement beau. J’adore ce qu’ils ont fait. Les larges trottoirs sont un plus. J’ai maintenant hâte qu’ils plantent des arbres en bordure de la rue. »

La restauratrice annonce par ailleurs qu’elle et son conjoint, Lloyd Langlois, prévoient rénover leur restaurant au cours des prochains mois. « On est dû pour ça. Et, de façon générale, c’est intéressant d’investir à ce moment-ci pour les commerçants étant donné les améliorations apportées par la ville sur la rue », dit-elle.