Un immeuble ayant longtemps abrité le terminus de Magog a été démoli lundi.

L'ancien terminus sous le pic des démolisseurs

Un édifice situé à deux pas de l’hôtel de ville de Magog a été complètement démoli lundi. La démolition de ce bâtiment, qui avait abrité le terminus d’autobus de Magog à une époque, permettra d’agrandir un nouveau stationnement.

La semaine dernière, un autre édifice avait été rasé dans le même secteur de la ville de Magog. Le terrain sur lequel il avait été construit servira également à l’agrandissement du nouveau stationnement créé par la Ville de Magog à proximité de l’intersection des rues Principale et Sherbrooke.

«Dès les prochains jours, les gens pourront stationner leur véhicule dans les nouveaux espaces qui seront ajoutés à cet endroit. Dans le jour en semaine, ce sont les détenteurs de permis B qui ont accès aux espaces disponibles tandis que toute la population peut s’en servir en soirée et la fin de semaine», indique Claudia Fortin, coordonnatrice des communications à la Ville de Magog.

Mme Fortin précise toutefois qu’on ne recouvrera le nouveau stationnement avec de l’asphalte que dans plusieurs mois. Possiblement en 2019, selon les informations obtenues.

Une fois les travaux terminés, une soixantaine d’espaces de stationnement seront disponibles à cet endroit. Il n’est pas exclu qu’on en ajoute encore plus tard, mais cela reste à confirmer.

Notons que la construction de la nouvelle caserne fera disparaître 39 espaces de stationnement autour de l’hôtel de ville de Magog. Cependant, compte tenu de la création du nouveau stationnement, le nombre de places offertes aux automobilistes ne devrait pas diminuer dans le secteur.

«La construction de la caserne fera perdre 39 places. Malgré ça, il y aura 159 places disponibles près de l’hôtel de ville, une fois les travaux prévus effectués, au lieu de 137 comme avant», note Claudia Fortin.

En créant un nouveau stationnement près de la mairie, la Ville de Magog a aussi voulu donner un coup de pouce aux commerces se trouvant à proximité de l’angle Principale-Sherbrooke, moins visités par les touristes de façon générale que ceux se trouvant non loin de l’intersection Principale-Merry.