Adrien Péloquin

L’ancien maire de Windsor Adrien Péloquin s’éteint

Maire de Windsor de 1983 à 1995, Adrien Péloquin est décédé le 20 janvier dernier à l’âge de 85 ans. L’ancien élu municipal s’est démarqué notamment pour son implication marquée dans le dossier du déménagement de l’usine Domtar.

Celle-ci devait quitter le confluent des rivières Saint-François et Watopéka pour ses terres du 12e rang.

Ses amis et ses proches sont unanimes : l’ex-maire avait à cœur les intérêts de la municipalité de Windsor et n’a pas ménagé ses efforts pour faire en sorte de garder la papetière à Windsor.

« Il a même pris une semaine de congé à ses frais pour se rendre à Ottawa. Le dossier de Domtar était l’un de ses plus gros dossiers. Il a travaillé très fort, surtout que le gouvernement fédéral venait de changer de garde pour le Parti conservateur. Adrien Péloquin a même eu un contact avec feu Jean Lapierre, qui faisait partie de l’opposition à l’époque, et celui-ci a posé une question en chambre pour que le gouvernement garde en mémoire le projet de Domtar à Windsor », se rappelle Armand Juneau, un ami de l’ancien maire de Windsor.

Résidant depuis quelques années déjà aux Résidences Château du Bel-Âge, M.  Péloquin s’est éteint des suites d’une pneumonie suivie d’un infarctus.

La mairesse de Windsor Sylvie Bureau abonde dans le même sens que M. Juneau. « Je me rappelle très bien du travail acharné d’Adrien Péloquin pour garder l’usine Domtar à Windsor. »

« Adrien Péloquin était quelqu’un avec un franc parlé. Quand il avait une idée en tête, il l’amenait jusqu’au bout », affirme Armand Juneau.

Adrien Péloquin a occupé le poste de conseiller de 1965 à 1968, puis de 1971 à 1979. Élu maire en 1983, Adrien Péloquin a poursuivi son implication municipale pendant trois mandats soit jusqu’en 1995. « Il a gravi les échelons, comme on peut dire. C’était quelqu’un d’impliqué, un bon travaillant et il était important pour lui de tenir les finances de la Ville en bon état », mentionne Yves Péloquin, un des quatre enfants et seul fils de M.Péloquin.

Le travailleur de l’usine Domtar pendant 47 ans était également membre des Chevaliers de Colomb et, antérieurement, membre du Club Lions. Il était atteint depuis plusieurs années d’une maladie pulmonaire obstructive chronique.

« Sa famille était auprès de mon père dans ses derniers moments de vie au CHUS Fleurimont. Nous tenons à souligner le travail attentionné des personnes en soins infirmiers qui nous ont accompagnés », ajoute Yves Péloquin.