André Arthur

Lac-Mégantic réclame des excuses à l'animateur André Arthur

Le controversé animateur de radio André Arthur a soulevé un vent de mécontentement chez les citoyens de Lac-Mégantic, mardi, avant de préciser sa pensée et de formuler des excuses en ondes hier matin. Malgré tout, la Ville de Lac-Mégantic a cru bon demander un avis légal à ses avocats.
<p>Élodie Turcotte</p>
L'histoire prend sa source dans un reportage publié lundi dans les deux quotidiens de Québecor à propos de la Direction de l'indemnisation des victimes d'actes criminels (IVAC) du Québec qui tarde à verser des compensations à une centaine de personnes qui lui auraient formulé une demande comme victimes de la tragédie de Lac-Mégantic.
On y relate le cas de Richard Turcotte qui a perdu sa fille Élodie, 18 ans, le 6 juillet dernier. La jeune femme était serveuse au Musi-Café. Or M. Turcotte et sa femme n'ont pas été en mesure de retourner travailler après le drame et ont vécu quelque temps de l'assurance emploi.
Aujourd'hui, l'homme se dit à bout de ressources et réclame de l'aide psychologique et du repos. Il est aussi en colère contre l'IVAC et les fonctionnaires qui « ont décidé de ne rien nous donner en attendant de voir la suite des procédures judiciaires », dénonce M. Turcotte, appuyé dans sa sortie par l'avocat bien connu Marc Bellemare.
«Bougon»
En ondes à CIGI-FM, une station radiophonique de Montmagny, André Arthur a commenté mardi matin le cas de Richard Turcotte, pour ensuite parler des profiteurs du système et traiter les Méganticois de « Bougon ».
Toute la journée, sur les réseaux sociaux, de nombreux citoyens se sont insurgés contre les paroles d'André Arthur, exigeant des excuses publiques et réclamant une intervention du CRTC.
Mercredi matin, après avoir reconnu qu'il avait été « flagellé » par les Méganticois, André Arthur a rectifié le tir en lisant un long témoignage que lui a fait parvenir une citoyenne, Élyse Laroche, en exigeant son congédiement.
« Jamais, hier (mardi), j'ai voulu dire que tout le monde était dans le même sac et si ç'a été compris comme ça, je présente mes excuses, a précisé André Arthur. « Je dis que toute catastrophe a ses profiteurs », a-t-il ajouté, avant de souligner la hausse de salaire que les élus de Lac-Mégantic se sont accordée.
La Ville a demandé un avis légal à ses avocats dès mardi et maintient sa demande malgré les excuses de M. Arthur.
L'IVAC relève de la Commission de la santé et de la sécurité du travail. Elle est chargée de l'application de la Loi sur l'indemnisation des victimes d'actes criminels qui prévoit des indemnités notamment pour incapacité totale temporaire, incapacité permanente et décès.