Ghislain Bolduc, député de Mégantic

Lac-Mégantic : le provincial a reçu le message, dit Bolduc

Le gouvernement provincial a bien compris l'impatience des Méganticois dans le dossier de la voie de contournement ferroviaire, mais le député de Mégantic Ghislain Bolduc fait valoir que la complexité du projet et le nombre d'intervenants impliqués commandent la plus grande prudence.
« On a reçu le message, dit d'emblée M. Bolduc lors d'un entretien avec La Tribune. On est en discussion depuis avant les Fêtes et des processus sont en élaboration pour voir comment on peut faire pour accélérer les choses. (...) Quand on va avoir des conclusions, on va les mettre sur la table. »
Le député, également responsable du Comité interministériel sur la relance de Mégantic mis en place depuis presque trois ans par le gouvernement libéral, est « relativement optimiste » d'y arriver.
« On sait qu'il y a des gains à faire, et peut-être des significatifs, mais à quel point, c'est ce qu'on cherche à mesurer », explique-t-il en précisant que le comité interministériel s'est même réuni à deux reprises pour faire avancer ce dossier spécifique.
Le député assure que la collaboration se fait bien avec le gouvernement fédéral - qui a l'autorité en matière de transport ferroviaire, rappelle-t-il - et que le premier ministre Philippe Couillard, qui doit rencontrer le maire de Lac-Mégantic, Jean-Guy Cloutier, d'ici la fin mars, est également informé de la progression des discussions.
« Des gens travaillent tous les jours sur le dossier, assure M. Bolduc. C'est clair et net qu'on a des informations additionnelles qui ne sont pas publiques. Peut-être que d'ici la rencontre avec le premier ministre, il y en aura qu'on pourra publier. »
Rappelons que le maire Jean-Guy Cloutier de même que la Coalition des citoyens et organismes engagés pour la sécurité ferroviaire (CCOESF) multiplient les interventions depuis quelques mois dans l'espoir d'accélérer la construction d'une voie de contournement ferroviaire à Lac-Mégantic.
Selon l'échéancier de l'étude de faisabilité octroyée à AECOM en mars 2015, l'avant-projet préliminaire de voie de contournement doit être présenté aux citoyens en mai 2017. Suivront l'étude d'avant-projet définitif en 2018, les plans et devis en 2019-2020 et la construction sur deux saisons en 2021 et 2022. En décembre, la Ville de Lac-Mégantic a déposé un scénario dans l'espoir de gagner deux ou trois années sur cet échéancier pour une mise en chantier vers 2018-2019.
Or, le maire Cloutier a eu une oreille attentive du premier ministre du Canada, Justin Trudeau, le mois dernier et il en espère autant de Philippe Couillard d'ici la fin mars.
Pétition contre
Pour illustrer la complexité du dossier, Ghislain Bolduc révèle quant à lui avoir reçu il y a environ trois semaines une pétition de 145 signatures de gens qui s'opposent à cette voie de contournement.
Sans donner de noms, M. Bolduc précise que ces gens-là seraient impactés par le tracé projeté et qu'ils ont le droit d'être entendus.
« Je ne veux pas dire qu'ils ont un droit supérieur aux autres, mais quand le maire nous demande d'accélérer les choses, il faut aussi les prendre en considération.
« Il faut arriver à combiner les différentes étapes tout en respectant les droits de chacun de se faire entendre au bon moment », ajoute-t-il en évoquant les tribunes que seront le BAPE et la CPTAQ entre autres.
Ghislain Bolduc exprime également des préoccupations à l'égard du coût de construction de l'infrastructure, qu'il estime plus élevé que les 115 millions $ évoqués l'an dernier, et des intentions du propriétaire de la voie ferrée. « Là ses trains circulent, mais est-ce qu'on lui a demandé son avis pour déplacer 12 kilomètres de voies? Est-ce qu'il a droit de parole là-dedans? »
Billots Sélect
Par ailleurs, questionné à propos du jugement du Tribunal administratif du Québec qui impose à la Ville de Lac-Mégantic de verser plus de 7 millions $ en compensation pour l'expropriation de l'entreprise Billots Sélect, M. Bolduc montre la même prudence.
« La Ville a des responsabilités et le gouvernement a des responsabilités. Il faut s'entendre avec la Ville sur nos rôles respectifs là-dedans », commente-t-il, en précisant que le contentieux du gouvernement examinera le dossier aussitôt que Lac-Mégantic aura confirmé son intention ou non d'interjeter appel.
Le député se dit néanmoins conscient qu'avec un budget total de 16,8 millions $ pour l'année 2017, Lac-Mégantic aura peine à assumer la facture. Est-ce que le gouvernement apportera son aide?
« Absolument. On sera là comme on l'a fait depuis le début dans ce dossier. »
La Coalition veut rencontrer Heurtel et Lessard
La Coalition des citoyens et organismes engagés pour la sécurité ferroviaire (CCOESF) appuie le maire de Lac-Mégantic, Jean-Guy Cloutier, qui s'est montré impatient à cause du piétinement du dossier de la voie de contournement ferroviaire de Lac-Mégantic.
La Coalition souhaite elle aussi voir accélérer l'échéancier de l'étude de faisabilité et la construction de la voie de contournement, par une intervention directe auprès du gouvernement du Québec.
Dans un bref communiqué publié jeudi, le porte-parole de la Coalition, Robert Bellefleur, se dit motivé par les appuis réciproques obtenus par le maire et son organisme, de la part du premier ministre du Canada, Justin Trudeau, lors de leurs rencontres respectives avec lui.
« Nous avons transmis, la semaine dernière, des demandes de rencontres similaires à deux ministres du gouvernement Couillard, soit le ministre David Heurtel, du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, et le ministre Laurent Lessard, des Transports, de la Mobilité durable et de l'Électrification des transports », a avoué M. Bellefleur. « Le but de ces rencontres est d'en connaître davantage sur la faisabilité et l'adhésion ou pas du gouvernement du Québec à ce plan d'action proposé par la Municipalité de Lac-Mégantic. » Ronald Martel