Le quatrième tracé pour la voie de contournement ferroviaire du centre-ville de Lac-Mégantic obtient l'appui de la Coalition des citoyens et organismes engagés pour la sécurité ferroviaire.

Lac-Mégantic : le 4e tracé rallie la Coalition

Le quatrième tracé pour la voie de contournement ferroviaire du centre-ville de Lac-Mégantic obtient l'appui de la Coalition des citoyens et organismes engagés pour la sécurité ferroviaire, qui félicite les maires de Lac-Mégantic, Frontenac et Nantes pour s'être entendus sur cette option, soit le tracé numéro un modifié.
« Pour la Coalition, il demeure très important que le tracé final fasse l'objet de discussions, négociations et d'un consensus satisfaisant pour l'ensemble des populations des trois collectivités concernées... Il y a une lueur d'espoir quant à cette entente. Le premier objectif, c'est de protéger la population et les habitats de vie actuels », a déclaré en entrevue Robert Bellefleur, porte-parole de la Coalition.
Robert Bellefleur croit qu'un nouveau tracé moderne atténuera les risques de beaucoup pour des tragédies ferroviaires à venir.
« Notre plus gros facteur de risques, à Lac-Mégantic, ce sont les pentes et les courbes accentuées, autant à Nantes qu'à Frontenac, qui descendent dans la cuvette et nous exposent encore à d'autres tragédies, même dans le nouveau centre-ville. On stationne encore les trains à Nantes, le point le plus élevé au Québec pour le chemin de fer. Il faut cesser de polariser cela autour de clochers et de villages. Ça nous concerne tous, nous avons tous perdu quelqu'un directement ou indirectement dans la tragédie. »
« Il faut penser aussi que ce projet-là s'adresse à toute la MRC du Granit, qui fait des affaires à Lac-Mégantic, qui vient souvent à la ville-centre, reprend-il. Il y a encore plusieurs familles éprouvées par la tragédie; c'est un projet collectif. Le déraillement de Lac-Mégantic n'est pas un accident isolé. Car avant le 6 juillet 2013, il y a eu neuf catastrophes ferroviaires qu'on peut qualifier de tragédies. Après Lac-Mégantic, au Canada et aux États-Unis, il y en a eu une vingtaine! »
M. Bellefleur fait également valoir les avantages économiques d'une nouvelle voie pour la région : diminution des coûts de santé, retrait de neuf passages à niveaux éliminant les longues attentes des automobilistes au passage des trains, dynamisation de la reconstruction du nouveau centre-ville en libérant des espaces stratégiques que sont les voies ferrées, augmentation de la taxe foncière, favorisation de l'essor et du développement économique du parc industriel, etc. « Le projet se valide par lui-même à coûts pratiquement nuls. »
« Cela découle de l'étude des coûts et avantages par AECOM. Ces avantages remboursent tous les coûts de la voie, et même pour la compagnie de chemin de fer, celle-ci a des avantages, comme la fin de l'obligation de ralentir au centre-ville, ce qui est un gain de temps et d'argent! »
L'étude de faisabilité de la firme AECOM suggérait trois tracés, dont le numéro un qui semblait retenir les faveurs des autorités et qui était évalué à environ 115 M$.