La vente plutôt que la reconstruction du 12 Deragon

Invoquant des raisons financières, les propriétaires du 12 Deragon annoncent qu’ils ne reconstruiront pas l’immeuble qu’ils possédaient au centre-ville de Magog et qui a été détruit par les flammes en octobre dernier.

« La décision, c’est qu’il n’y aura pas de reconstruction, révèle Louis Plante, un des propriétaires. Le budget pour rebâtir un immeuble semblable est une source d’insécurité. L’option privilégiée, c’est donc la compensation financière en provenance des assurances. »

À lire aussi: Incendie du centre-ville de Magog: la famille Voyer reconstruira au printemps

Incendie du centre-ville de Magog: reconstruira, reconstruira pas?

M. Plante souligne qu’il souhaitait bâtir un édifice plus grand que l’ancien. Mais la compagnie d’assurances impliquée dans le dossier était, semble-t-il, réfractaire à cela.

Compte tenu de leur décision, les propriétaires du 12 Deragon s’efforceront de dénicher un acheteur pour le terrain vacant qu’ils possèdent désormais à l’angle des rues Deragon et Principale Ouest. « Il y a déjà deux à trois personnes intéressées. On verra comment ça se passe », lance l’homme d’affaires.

Rappelons que plusieurs personnes habitaient dans les logements qui se trouvaient à l’intérieur de l’immeuble. L’édifice en question abritait par surcroît une série de commerces, dont les boutiques Shannon et Au Bout du rêve.

« On a contacté nos trois principaux locataires commerciaux et seulement un d’entre eux, soit le salon de coiffure, est en processus pour redémarrer rapidement. Les autres se donnent du temps et la situation actuelle leur en donne. »

Louis Plante a avisé la Ville de Magog de sa décision et, compte tenu de celle-ci, les discussions au sujet de la reconstruction entreprises par les parties ont été interrompues.

« Ça se peut qu’on investisse dans l’immobilier à Magog ou à Sherbrooke. C’est une chose qu’on va regarder pendant les prochains mois », a confié M. Plante.

Hamm confiante

Informée de la décision des propriétaires du 12 Deragon, la mairesse Vicki-May Hamm refuse de s’inquiéter. Elle croit en effet toujours possible de faire disparaître le large terrain vacant à l’angle Deragon-Principale avant la fin de 2019.

« Si le terrain de M. Plante est vendu à court terme, on pourra reconstruire dès cette année. On est juste au mois de janvier alors on a du temps devant nous », soutient Mme Hamm.

La mairesse de Magog estime qu’il serait plus avantageux de procéder à la reconstruction des immeubles rasés par le feu, au coin Deragon-Principale, dès cette année, considérant que des travaux majeurs seront réalisés au centre-ville durant les prochains mois. « On ne veut pas que la construction s’étire sur deux ans et qu’on ait un trou dans la trame commercial une fois le projet de revitalisation concrétisé », dit-elle.