Malgré les critiques que lui ont adressées certains ces derniers mois, la station Mont Orford assure vouloir faire en sorte que ses terres soient accessibles au maximum de gens possible, et ce, avec des restrictions minimales.
Malgré les critiques que lui ont adressées certains ces derniers mois, la station Mont Orford assure vouloir faire en sorte que ses terres soient accessibles au maximum de gens possible, et ce, avec des restrictions minimales.

La station Mont Orford analysera toutes les demandes d’accès

Jean-François Gagnon
Jean-François Gagnon
La Tribune
Malgré les critiques que lui ont adressées certains ces derniers mois, la station Mont Orford assure vouloir faire en sorte que ses terres soient accessibles au maximum de gens possible, et ce, avec des restrictions minimales. Un nouveau comité sera d’ailleurs bientôt formé pour se pencher sur l’enjeu de l’accessibilité au territoire qu’elle gère.

Pourrait-on accueillir des vélos sur les pistes de ski en saison estivale? Ou permettre la raquette ou encore la marche avec crampons en hiver? Voilà le type de question que Jacques Demers, le président de la Corporation ski et golf Mont-Orford, aimerait que le futur comité de réflexion aborde.

« On nous dit qu’on est trop restrictif par rapport à certaines activités. On est donc prêt à regarder la situation pour voir s’il y a moyen de changer les choses. Peut-être que de nouvelles activités seraient faisables si elles étaient bien encadrées », explique M. Demers.

Le président de la Corporation ski et golf Mont-Orford précise cependant que son organisation n’a pas tous les pouvoirs et que ses politiques sont souvent édictées en fonction des souhaits de ses assureurs et du ministère de la Forêt, de la Faune et des Parcs du Québec. La station est également forcée de se pencher sur les coûts lorsqu’elle analyse un projet de développement.

« Si on prend la question du vélo de montagne sur les pentes, il est possiblement temps de regarder cet enjeu-là avec des experts pour voir si c’est acceptable en prenant des mesures précises pour éviter d’abîmer le milieu naturel. On veut regarder toutes les demandes provenant de la communauté », promet Jacques Demers.

Le comité qui sera mis sur pied pour se pencher sur la pratique de nouveaux sports, à la station Mont Orford, amorcera normalement son travail à compter du mois de septembre. Les dirigeants de la station désirent que des représentants de la communauté locale soient intégrés à celui-ci dans le but que le groupe soit des plus représentatif.

« Disons qu’on voudra avoir des gens de différents horizons sur ce comité pour qu’on réalise une vraie bonne analyse », précise le président de la Corporation ski et golf Mont-Orford.

M. Demers confie que son organisation souhaite procéder à une analyse de ce genre depuis un moment déjà. Ces dernières années, elle a notamment ouvert la porte aux amateurs de ski de montagne et développé pour cette clientèle des sentiers permettant d’accéder à des zones où ne se rendent pas les skieurs alpins et les planchistes habituellement.

Notons que les amateurs de ski de montagne ont le droit d’être sur les pentes à des moments bien précis. Des enjeux de sécurité liés à l’entretien des pistes ont été pris en considération lors de l’élaboration de l’horaire en vigueur pour cette activité.