Dr Alain Poirier, directeur de la santé publique en Estrie : « Ce n’est pas la première fois que nous avons affaire à un virus de ce type. Pour certains, c’est banal parce que ça se manifeste comme un petit rhume. »

La santé publique est prête à affronter le coronavirus

Les autorités de la santé publique estrienne ont pris des dispositions afin de se préparer à une éventuelle arrivée chez nous du fameux coronavirus.

C’est l’assurance que donne le Dr Alain Poirier, directeur de la santé publique en Estrie. Selon lui, les intervenants ont resserré les mesures de contrôle. On a appris des épisodes passés de transmission de virus à l’international.

À LIRE AUSSI: Le bilan du nouveau coronavirus s’alourdit en Chine; l’OMS se réunit

Cinq personnes sous surveillance au Québec

« Ce n’est pas la première fois que nous avons affaire à un virus de ce type. Pour certains, c’est banal parce que ça se manifeste comme un petit rhume », dit-il.

« Cette fois, il semble se transmettre de l’animal à l’humain. C’est un virus de la même famille que le SRAS. »

Contrairement à cet épisode du début des années 2000, les autorités sont mieux préparées, ajoute Dr Poirier. 

« Nos équipes sont plus vigilantes depuis deux semaines environ. Les protocoles pour les maladies respiratoires sévères infectieuses ont été mis en place. Quand on a les outils, ça va mieux », explique le spécialiste.

« En plus, la Chine respecte le règlement sanitaire international, ce qui est une bonne chose. On apprend que la ville de Wuhan a été mise en quarantaine. On remarque aussi que le virus est moins sévère. Il n’y a pas beaucoup de morts encore. »

Des mesures de protection sont à prendre en cas de doute, fait valoir le directeur estrien de la Santé publique. « La bonne vieille prévention est de mise, comme de bien se laver les mains et d’éternuer dans son coude », résume-t-il.

« Les personnes qui reviendraient d’un voyage de la province chinoise d’où le virus a éclos doivent être sensibles aux signes de problèmes de santé. En cas de doute, elles doivent s’isoler et contacter les autorités médicales. De plus, dans les aéroports, on leur posera des questions sur leur état de santé. »