Le préfet de la MRC de Coaticook Bernard Marion, Gervais Gagnon de la Caisse Desjardins des Verts-Sommets, le président de la Ressourcerie Denis Brassard, la députée de Saint-François Geneviève Hébert et le maire de Coaticook Simon Madore ont tous souligné l’importance de l’organisme auprès de la communauté.

La Ressourcerie des Frontières fera peau neuve

La Ressourcerie des Frontières de Coaticook pourra enfin investir dans la réfection de son édifice historique grâce à une aide financière de 185 000 $. Ce montant, fourni par Québec, la MRC de Coaticook et ses villes, le Fonds Tillotson ainsi que la Caisse Desjardins sera utilisé pour changer les fenêtres et réparer la toiture du bâtiment.

La Ressourcerie des Frontières de Coaticook, qui recueille les dons des citoyens de 20 municipalités des MRC de Coaticook et de Memprhémagog, sera en mesure d’assurer une longue vie à son bâtiment. Construite en 1913, l’ancienne usine de crics, d’obus et de textile est couverte à 75 % de fenêtres qui ont grand besoin d’être changées.

« Les rénovations sont un enjeu prioritaire si on ne veut pas que se détériore définitivement notre bâtiment, plus que centenaire, qui était désaffecté lors de son achat en 2011, explique Denis Brassard, président de la Ressourcerie des Frontières. Les travaux de fenestration et la réfection de la toiture sont essentiels à la poursuite de nos activités de développement durable. »

Les rénovations devraient commencer dès le mois de novembre. Le service de dépôt et le magasin demeureront ouverts aux clients durant cette période. 

« Les partenaires ont été très généreux, vous les en remercions, souligne Claire Audet, directrice générale de la Ressourcerie. Ils ont compris l’importance d’investir pour que nous puissions maintenir notre mission environnementale et sociale. Il s’agit également de sauver un bâtiment qui possède une grande valeur historique bien implanté dans le quartier. »

Double mission

Bien que sa mission primaire soit de récupérer les résidus encombrants de ses 20 municipalités partenaires afin de les valoriser ou de les recycler, la Ressourcerie joue aussi un important rôle dans la communauté, employant 35 personnes et comptant sur la contribution d’une trentaine de bénévoles.

« Quand on reçoit des choses inutilisables, on les débâtit pour revendre les matières premières. Avec le magasin et la récupération, on a un chiffre d’affaires de 1 M$, confie M. Brassard. On veut vraiment vendre au volume au lieu de faire un profit maximal sur chaque article. Sur les 800 tonnes de matériel que l’on traite, seulement huit tonnes se retrouvent dans les sites d’enfouissement. »

« La Ressourcerie des Frontières joue un rôle important dans la vitalité économique et sociale de la ville de Coaticook, a souligné pour sa part la députée de Saint-François Geneviève Hébert. En plus d’aider des personnes à intégrer le marché du travail, elle propose une solution écologique à l’enfouissement des déchets grâce à la récupération des articles qu’elle valorise. Le gouvernement du Québec est donc heureux de contribuer à son projet de rénovation. »