La Régie incendie Memphrémagog Est voit le jour

Regrouper des services de protection contre les incendies n’est pas une mince affaire, bien souvent, parce que l’attachement à ce genre d’organisation est souvent assez grand parmi la population. Les architectes de la création de la Régie incendie Memphrémagog Est se montrent toutefois ravis de leur expérience un peu moins d’une année après la naissance de cette organisation.

«J’ai initié ce projet il y a trois ans, rappelle le maire du Canton de Hatley et président de la Régie Memphrémagog Est, Martin Primeau. C’est toujours un défi de faire ce genre de chose. Mais j’ai reçu un bon appui du politique et ça a avancé à un bon rythme.»

Le territoire de la Régie s’étend sur 708 kilomètres carrés et compte 13 156 habitants au total. Huit municipalités de la MRC de Memphrémagog et deux autres de la MRC de Coaticook sont desservies par la nouvelle organisation, qui emploie près de 100 pompiers volontaires.

Puisque la Régie Memphrémagog Est n’a pas tous les effectifs dont elle a besoin, elle a prévu embaucher une quinzaine de pompiers à court terme. Quelques-unes des nouvelles recrues proviendront de l’extérieur de la région et seront engagées grâce à la collaboration du Carrefour jeunesse-emploi Memphrémagog.

«Une organisation comme celle-là nécessite beaucoup d’effectifs, convient le directeur général de la Régie Memphrémagog Est, Éric Richard. Nos pompiers sont sur appel alors on a besoin d’avoir un large bassin de gens prêts à intervenir.»

M. Richard note que, durant les derniers mois, les dirigeants de la nouvelle organisation ont consacré énormément de temps à la mise en place d’une machine réellement fonctionnelle au plan administratif. Il souligne cependant que ce sont les pompiers qui seront au centre des préoccupations en 2019.

Éric Richard directeur de la Régie Incendie 
Memphrémagog Est.

Maire de Sainte-Catherine-de-Hatley, Jacques Demers salue le projet de création de la Régie Memphrémagog Est. «Il est parfois question de fusion dans le monde municipal, mais on devrait plus parler de mise en commun de services. Ça peut permettre d’avoir une meilleure force de frappe. Et, dans ce cas-là, on a réussi ça sans tout changer», fait-il valoir.

Au cours de ses 10 premiers mois d’existence, l’organisation a répondu à 255 appels d’urgence en lien avec des incendies, des accidents de la route, des catastrophes naturelles, des ennuis de santé et plus encore.  

«Nous avons eu un exemple concret de l’efficacité de la Régie Memphrémagog Est en octobre lors de  l’incendie au Club North Hatley, affirme Éric Richard. Deux casernes ont répondu en collaboration, ce qui a permis que 25 pompiers soient dépêchés sur les lieux en 18 minutes. En moins de deux heures, le brasier était éteint. Cela ne se serait pas passé ainsi avant.»