Johanne Riopelle, la présidente du Comité culturel de Piopolis, qui chapeaute le Festival Saint-Zénon-de-Piopolis, et Antoine Leclerc, directeur artistique de ce festival, espèrent que les spectateurs seront encore nombreux en 2020 à prendre la route pour Piopolis.
Johanne Riopelle, la présidente du Comité culturel de Piopolis, qui chapeaute le Festival Saint-Zénon-de-Piopolis, et Antoine Leclerc, directeur artistique de ce festival, espèrent que les spectateurs seront encore nombreux en 2020 à prendre la route pour Piopolis.

La programmation du Festival Saint-Zénon déjà annoncée

L’équipe de direction du Festival Saint-Zénon s’étant aperçu que les billets de spectacles ont de plus en plus la cote comme cadeaux de Noël, elle a pris pour habitude, il y a quatre ou cinq ans, de révéler sa programmation de avant la période des Fêtes. Il est donc possible, depuis déjà quelques semaines, de prendre connaissance du menu musical de cette 22e saison.

« Notre programmation est attendue par nos mélomanes! Nous recevons des commandes de billets de plus en plus tôt, ce qui est très motivant pour nous », se réjouit Johanne Riopelle, présidente du Comité culturel de Piopolis, diffuseur du Festival Saint-Zénon. « Nous sommes très satisfaits de notre saison 2019, qui a connu plusieurs succès, malgré le grand nombre de spectacles offerts dans la région par plusieurs compétiteurs avec lesquels nous collaborons très bien pour éviter les activités aux mêmes dates. »

L’ouverture de la saison est prévue le samedi 16 mai, avec le spectacle de l’auteure-compositrice-interprète Geneviève Jodoin, intitulé J’ai toujours su, du titre de son récent CD.

« Elle a tout gagné à La voix en 2019 et sa carrière de chanteuse a emprunté l’allure d’une fusée. Elle avait déjà un parcours musical de longue date et est reconnue par ses pairs. Elle devance une tournée qu’elle prépare pour l’automne. C’est un cadeau qu’elle nous fait en venant faire un test à Piopolis, avec trois musiciens sur scène, dont son conjoint », résume Antoine Leclerc, directeur artistique du festival.

Geneviève Jodoin

Pour le samedi 20 juin, Ingrid Saint-Pierre s’amène à Piopolis avec son concert Petite plage, du même titre que son album paru il y a presque un an.

« C’est extraordinaire, ce qu’elle fait avec ses musiciens! Il y a toujours un sens profond dans ses chansons. Elle figurait dans notre banque d’artistes que nous voulions présenter depuis quelques années, et là, c’était possible. Elle a tout un talent de pianiste », insiste M. Leclerc.

« Elle va se servir du piano d’une grande qualité que nous avons acquis. Nous le faisons accorder professionnellement chaque matin de concert », rappelle Mme Riopelle avec enthousiasme.

Ingrid St-Pierre

Rebecca en français

Le spectacle du samedi 29 août mettra en vedette Rebecca Noelle, originaire d’Ottawa, dont le concert Soulstice s’accompagne d’une aide financière (pour le festival) de la part de Patrimoine Canada, dans le but de faire connaître des artistes de l’extérieur du Québec.

« Rebecca était finaliste à La voix en 2017, avec son amplitude de trois octaves, confie M. Leclerc. On lui a demandé de présenter un concert avec 50 pour cent de chansons francophones, ce qui sera un vrai défi, a-t-elle avoué elle-même. Elle a donc choisi des chansons connues, mais qu’elle va interpréter à sa propre manière. Elle a beaucoup voyagé et beaucoup chanté, ce qui constituera un répertoire spécial pour elle. »

Rebecca Noelle

Pour le spectacle présenté exceptionnellement le vendredi 18 septembre, le très populaire Patrick Norman revient à Piopolis pour célébrer ses 50 ans de carrière avec son spectacle Si on y allait, qu’il considère même comme un nouveau départ.

« Lui aussi vient nous présenter son dernier album, où il a réuni ses grands coups de cœur de sa longue carrière, qu’il va entremêler avec de nouvelles chansons. Il sera accompagné par son épouse pour quelques-unes d’entre elles… Ce sera notre plus gros concert de l’année », assure Johanne Riopelle.

Patrick Norman

Noël trad

Quant au traditionnel concert du temps des Fêtes, le samedi 5 décembre, il sera l’œuvre du groupe Le Vent du Nord, sous le titre Territoires. Le groupe de cinq musiciens trad a déjà dix albums à son actif et a offert 2000 concerts sur quatre continents en 17 ans d’existence.

« Ce sera un spectacle très festif. Ça va swinger, peut-on dire en bon québécois. Le groupe a effectué des tournées en France, aux États-Unis et au Royaume-Uni, entre autres, et c’est une vraie célébration musicale avec violons, guitares, vielle à roue, bouzouki, accordéon et podorythmie », dit Antoine Leclerc.

Les spectacles auront toujours lieu à l’église Saint-Zénon. L’abonnement pour la saison est de 135 $ (au lieu de 170 $), une offre valide jusqu’au 16 mars.

Mais le Festival Saint-Zénon se distingue aussi par quelques spectacles hors série. Ainsi, à la demande générale, un concert en plein air, au parc du Croissant de lune, présentera le spectacle du duo Tennessee Two, Johnny Cash, entre amis, le samedi 25 juillet. La prestation relate les plus belles amitiés du légendaire Homme en noir, dans ses grands succès interprétés en duos. En cas de pluie, le concert se déplace à l’église Saint-Zénon. Coût des billets : 10 $ seulement, à l’entrée du parc le soir même.