La famille Garcia se serrait les coudes jeudi pour tenir le kiosque péruvien dans l’allée des restaurants du Festival des traditions du monde.

La main à la pâte, en famille au FTMS

Pour la famille Garcia, le Festival des traditions du monde est l’occasion de partager la culture péruvienne... mais aussi de se serrer les coudes pour affronter les vagues de curieux qui se pressent devant les kiosques de nourriture tout au long de la semaine.

Les deux rangées de restaurants font partie des incontournables du FTMS, et les moments où l’achalandage y est faible sont rares dans une journée. Les cinq ou six employés derrière chaque comptoir n’ont pratiquement pas le temps de souffler, mais le jeu en vaut la chandelle.

« J’aime beaucoup faire découvrir notre culture, parce qu’il y a beaucoup de personnes pour qui le Pérou, c’est juste le Machu Picchu, alors que c’est beaucoup plus que ça! Même du côté de la cuisine, notre gastronomie n’est pas juste péruvienne, on y retrouve entre autres beaucoup d’influences japonaises ou européennes à cause des vagues d’immigration », donne en exemple Maria Garcia, entre deux clients.

Ses collègues du jour, ce sont ses frères, ses parents et quelques amis de la famille, qui ont divers emplois, mais qui mettent la main à la tâche chaque année pour la semaine du FTMS. « C’est ma mère qui connaît toutes les recettes. Elle fait des choses qu’elle a apprises de sa mère à elle, et le reste de l’année elle offre un service de traiteur, Sabor Peruano », précise Maria Garcia,

Le plat vedette du Pérou? Un ceviche, fait de tilapia coupé en cubes et mariné dans jus de lime, servi froid. Et il semble apprécié. « Il faudrait qu’on soit plus que cinq, il y a tellement de monde! » lance la jeune femme en souriant.

Restaurateurs à l’année
Plusieurs kiosques peuvent de leur côté compter sur des employés pas mal expérimentés, puisqu’ils sont tenus par des restaurants bien connus dans la région.

C’est le cas de celui du Vietnam (Café King), du Mexique (Guacamole y Tequila) ou encore du Liban (Beyrouth) – heureusement d’ailleurs pour ce dernier, puisque la file qui s’étendait devant débordait sur la largeur de trois kiosques (on parie que la montagne de churros dégoulinants de miel y était pour quelque chose).

Même le Buffet des continents a le sien : après tout, son fondateur Antoine Commatas vient de Grèce!

Au kiosque de la Normandie, les crêpes sont préparées par les membres de la famille Bourabaa. Non seulement ils ont des ancêtres normands, mais comme ils possèdent le restaurant à déjeuners L’eggspresso à Magog, ils sont habitués à faire des crêpes à la tonne!

Un kiosque du Québec
Les devantures des restaurants du FTMS évoquent des contrées lointaines, à l’exception de celle... du Québec. Drôle d’idée que d’arrêter son choix sur un hot-dog steamé parmi l’éventail d’options plus exotiques les unes que les autres, non?

Pas pour une festivalière croisée alors qu’elle attaquait sa poutine, gracieuseté du resto-bar Chez Stanley, qui tient la place. « C’est une bonne idée parce qu’il y a des gens ici qui ne mangent rien d’autre! »

Ce n’est pas tellement que son intérêt pour les autres cultures ne s’étend pas jusqu’à la gastronomie; plutôt qu’elle ne veut pas se retrouver mal prise en plein festival. « J’ai des allergies à plusieurs épices, donc c’est sûr que si je vais au kiosque du Mexique... Je mange quelque chose que je connais parce qu’au moins je sais que je ne ferai pas une réaction! » a-t-elle expliqué.

Dix-sept kiosques de nourriture sont offerts aux visiteurs cette année sur le site. On peut en consulter la liste au www.ftms.ca.

+

La soirée thématique country a attiré plusieurs visiteurs jeudi soir au Festival des traditions du monde. Ceux-ci ne se sont pas fait prier pour embarquer dans la danse, portant fièrement chapeaux et bottes de cowboys.

Cowboys et compagnie

Il suffisait de faire quelques pas dans le stationnement du Festival des traditions du monde jeudi pour remarquer qu’un accessoire ornait la tête de bien des visiteurs. Non, il ne s’agissait pas d’un chapeau traditionnel vietnamien ou d’un sari indien, mais bien d’un chapeau de cowboy!

En effet, la soirée à thématique country qui se déroulait sous le chapiteau Desjardins a attiré un grand nombre de visiteurs venus participer aux danses animées par le Club Danse Country Estrie et écouter les prestations du groupe américain Country Roads Band.

« C’est chaque année un rendez-vous dans le cadre de nos soirées thématiques. C’est un incontournable, un moment très populaire! On veut donner la chance à ces groupes de s’exprimer sur scène, et leurs fans et les suivent au Festival, ce qui permet aussi aux communautés de toutes origines de découvrir la danse country, qui est d’origine québécoise et américaine », explique Malika Bajjaje, directrice du FTMS.

Si la foule réunie dans cette tente était très participative et que les danseurs ne se faisaient pas prier pour tournoyer au son de la musique, c’était aussi le cas ailleurs sur le site. À une vingtaine de pas du chapiteau, alors que les notes de country s’effaçaient, le groupe The Wanderers égayait le beer garten avec sa musique de style « Vieux-Munich » et ses costumes bavarois. Une autre vingtaine de pas menait aux Portes de l’Asie, où quatre jeunes Coréennes se trémoussaient sur de la musique pop. Comme quoi les cultures mais aussi les époques se mélangent au FTMS!

Encore un succès

Pas trop de pluie et du monde sous tous les chapiteaux; la journée de jeudi était un « succès incroyable », se réjouit Mme Bajjaje.

Parmi les moments forts de la soirée, la performance du groupe italien Kalàscima et celle de la formation coréenne Jambinai. « Ce qu’ils font est très original, c’est de la musique métal expérimentale mélangée avec des instruments traditionnels », souligne Mme Bajjaje.

Et dans le Shack d’Amérique, Marc Auger et les fils du diable suivis d’André Lejeune ont fait le bonheur des amateurs de musique traditionnelle québécoise. 

Les prochaines soirées thématiques sont Vibrante Afrique (vendredi) ainsi que Fiesta Caliente (samedi). La programmation complète est disponible au www.ftms.ca